Stoppons le complotisme, une bonne fois pour toutes !

À la Une

Stoppons le complotisme, la méfiance envers les vaccins, une bonne fois pour toutes !

Recueillons le nom de tous les journalistes, éditorialistes, ayant rédigés des articles pro-vaccins, sur France Inter, Le Monde et d’autres médias mainstream, en ajoutant les rédac-chef et patrons, responsables des publications de ces dits, médias, et, si besoin, allons leur demander poliment de bien vouloir appliquer à eux-mêmes, ce qu’ils recommandent pour les autres.

Vérifions que toutes ces personnes de bonnes intentions, se vaccinent en priorité sur tous les autres (« tous ces autres » que ces portes voix mainstream semblent vouloir voir se faire vacciner contre le covid)

Je ne suis pas pour l’obligation vaccinale, alors, pas d’obligation, une évidence.

Naturellement, la prise effective du vaccin « officiel », serai vérifié, en tel cas, par huissiers et « vérificateurs indépendants » (soumis à des vérifications détallées de leurs conflits d’intérêts potentiels).

Cela va de soi, il conviendrai, si adhésion à cette idée, d’effectuer ce processus avec toutes les personnes, faisant fonction d’autorité publique, qui vanteraient les mérites de ces futurs « vaccins » et également avec l’ensemble des cadres des industries pharmaceutiques concernées, ainsi que des laboratoires vaccinant (pas de laborantin qui injecte le vaccin, qui n’aurait pas été lui même vacciné au préalable).

Lorsque nous aurons vu tout ce petit monde, se faire vacciner avec ce qu’ils recommandent pour nous, il conviendra d’attendre quelques mois, ou quelques années, afin d’être en mesure de vérifier si l’état de santé de ces personnes ne se dégrade pas en raison des effets secondaires, ou même primaires du dit « vaccin ».

Je n’ai rien contre les pro-vaccins, ni contre les anti vaccin, chacun peut se faire son idée sur l’utilité vaccinale concernant le Covid.

Si les pro vaccins croient vraiment aux idées vaccinales qu’ils diffusent, cela ne devrait pas poser de problème de vérifier que ces personnes se vaccinent en premier.

Cela arguerait en leur sens, en prouvant par leur action concrète sur eux-mêmes, que ces personnes sont réellement convaincues des bénéfices du vaccin covid.

Cela atténuerait également les méfiances de certains, quant-à la probité de nos diffuseurs publics d’informations sanitaires, gouvernants, et acteurs à diverses échelles de « Bigpharma », en montrant à quel point ces personnes sont prêtes à prendre des risques pour elles-mêmes, avant de prôner l’obligation d’en faire prendre aux autres.   

Vous me direz que j’encourage le fichage, au final !

https://www.urbanwakan.com/fr/uwk-webzine/bill-gates-reclame-un-certificat-numerique-pour-identifier-les-personnes-vaccinees-contre-le-covid-19-216?fbclid=IwAR0sp7HFQa6OoPbRRhsO5s52txW5q5kkc98fptcTs26cMVIb5daHhGj4_Pc

Dans l’article ci-dessus : « « des certificats numériques » seront utilisés pour identifier qui a reçu le prochain vaccin contre le COVID-19. Et ces certificats seront également utilisés pour identifier qui peut mener, ou non, ses activités.  » .

Sachant que l’ami Bill Gates à sa petite influence, il montre la voie vers le traçage de tous.

Ce n’est pas ce que je voudrais, n’étant pas un fan du totalitarisme sanitaire qui semble être prôné sur France Inter (en référence aux articles publiées par cette magnifique radio d’opinion).

Je ne fais que marquer une sorte de volonté de renversement sémantique, consistant à encourager à ce que des comptes soient réclamés, à ceux qui en réclament pour les autres (France Inter et autres perroquets du mainstream).

Ces derniers qui revendiquent avec vigueur fichage et sécurité pour tous, dès qu’on les fais flipper pour des maladies, ou du terrorisme, devraient montrer l’exemple et se faire eux même ficher en avant première, histoire que les autres voient ce que ça fait et puissent réfléchir avec du recul, sur le fait qu’ils souhaitent la même chose pour eux même, ou non, ensuite. .

https://lepetitcollaborateur.fr/2020/11/15/tracage-regles-sanitaires-plus-strictes-quen-pense-le-journal-le-monde/

Les perroquets du mainstream

À la Une

Intéressons-nous à la connivence et aux liens d’intérêts entre nombres des acteurs économiques qui sont intéressés financièrement, économiquement et politiquement, par tout ce qui se passe autour du Covid depuis presque un an.


Ne pas dire que tout ceci est du hasard, que ces liens ne sont que les conséquences de rapports économiques complexes serait certainement perçu comme du complotisme.

Est-ce une raison de s’empêcher d’avoir, au moins, quelques doutes sur le sujet ?

Se poser des questions quant-au fait que tout ceci, relie des intérêts de hautes sphères entre-eux, et profite à chacun suivant un cheminement logique, susceptible d’avoir été concerté, voir concerté de longue date à la vue de l’internationalisation de cette logique supposée, ne semble pas pouvoir se faire sereinement sans susciter l’émoi des chiens de garde mainstream et de leurs perroquets.


Parlons-en de ces perroquets...

Que font-ils dans la vie, ou de leur vie ?Je veux dire en cette interrogation, que font-ils de concret aujourd’hui, concrètement différemment de ce qu’ils faisaient avant la mode du Covid ? (mis à part être les chiens de garde du mainstream sur les réseaux sociaux, parce que, la plupart du temps, leur fonction de perroquets à débuté bien avant le Covid).


Et bien, ils masquent leurs gosses, suivent religieusement toutes les règles liberticides qu’on leur impose, et souvent, les cautionnent, voire les défendent, les faisant passer du statut de collabos, à celui de collaborationnistes. Ces perroquets sont les Kapos de terrain de tout ce système de conditionnement à nos esclavages à tous. Ils n’ont de cesse de vouloir imposer leur morale aux autres, tels des missionnaires religieux, chargés de récupérer les brebis égarées des saintes croyances.


Nos amis perroquets, bien prompts à répéter la doxa du pouvoir en place à qui peut l’entendre, représenteraient des sortes d’agents de liaison entre vous et les grands coordinateurs néolibéraux de ce monde.

Ces derniers, une fois leur stratégie globale élaborée, passeraient leurs consignes de gouvernance aux grandes sociétés qui sont leur bras économique.

Ces dernières dicteraient alors leurs préconisations aux grands gouvernements qui sont leur bras armé.

Ces derniers engageraient en conséquence, leurs bonnes recommandations et suggestions au mainstream par le biai de l’AFP (Agence France Presse, pour la France), diffusant conditionnements culturels et propagandes…

Et c’est là qu’interviennent les perroquets, qui seront le relai zélé de cette propagande, de ces diffusions massives de conditionnements sociaux et culturels d’un ordre social et économique établit pour le bien de ceux qui l’édictent, le relaient et le diffusent.


Ces perroquets joueront leur rôle de Kapo, méthodiquement, sans souvent, même la plupart du temps, s’en rendre compte. Il se sentiront citoyens éclairés, faisant partie de cette minorité braillarde ayant le sentiment d’être assez à l’aise dans ce système, pour s’en sentir l’âme d’un défenseur, ou pour s’avérer dans l’incapacité spirituelle de le remettre en cause.

https://lepetitcollaborateur.fr/2020/10/10/majorite-silencieuse-ou-minorite-braillarde/


Ainsi, le pouvoir répète au mainstream, qui répète aux perroquets, qui répètent aux moutons, qui sont parfois également des gros boeufs, voire des veaux, mais certaines fois également, de gros porcs, ou de grosses truies. N’oublions pas dans cette petite liste de gentils mammifères obéissants, quelques blaireaux sortis du bois, sachant écouter les séduisants serpents leur indiquant quand il sera le juste moment, pour croquer la pomme de l’ignominie.
Tous chanteront en cœur, la peur du loup qui les croquera s’ils sortent de leurs enclos, paradigmes de pensées adéquates, à les maintenir sous le joug de ceux qui les cultivent comme de pauvres pommes, ou des grosses poires.


Aujourd’hui, le loup est le Covid, le terrorisme, le Covid et le terrorisme. Leurs enclos sont le protocole sanitaire, le plan Vigipirate, les contrôles de la police, de la censure médiatique, de l’auto-censure entre personnes et surtout, ô surtout, leurs croyances que le pouvoir propage, auxquelles il s’est donné beaucoup de peine à conditionner les gens dans leurs vies toutes entières.


Désenchantement du monde vous dites ?

Évolution des axes de domination culturels, je réponds.


Le petit Jésus a été changé en état nation, le royaume de dieu en république laïque, les messes, en élections..Les inquisiteurs en presse mainstream…Les hérétiques en complotistes…Les tables de la loi, en « consensus scientifique »… »consensus social », « consensus culturel »…


C’est la liberté d’expression, vous disent-ils. C’est la démocratie…Les voilà, les nouvelles rivières enchantées, cornes d’abondances illusoires qui ne voient leurs espoirs de quelques miettes grapillées de ci de là, seulement par le contentement de quelques consommations de masse, de sustentations à des besoins créés de toute pièce pour occuper les esprit, et exploiter un peu plus au passage.


Le dogme vous dit ce à quoi vous adhérez, ce à quoi vous devez vous occuper, ce que vous ferez de votre temps libre résiduel lorsque vous ne serez pas occupé à vous assujettir à la « valeur travail ». Le dogme vous invente vos espoirs, vos envies, vos loups, vos angoisses et vous, vous vivez la vie dont ils veulent que vous soyez dignes…


A part ça, comment vous sentez-vous, au-delà du fascisme de votre mental bien facile à duper ?

Comment vous sentez-vous au plus profond de vos êtres ?


Bien qu’au milieu des dogmes, le questionnement ne semble pas à la mode, je vous invite tout de même à vous poser la question.

A vous poser des questions, à vous poser vos questions et à arrêter de penser avec la tête d’un autre.

Le perroquet répète, nous l’entendons bien..Mais pense t-il ?

Majorité silencieuse ou minorité braillarde ?

À la Une

Des hordes de gens haineux, des hordes de complotistes, des hordes de barbares en tout genre…
En voilà des idées qui passent par delà réseaux et comptoirs du commerce, que l’on entend et qu’on légifère comme sortant du paradigme des dogmes imposés à la populace. 


La majorité silencieuse, celle qui s’identifie visiblement comme telle, s’inquiète de tout ceci, mais s’inquiète bruyamment. 

Étalage de peurs diverses sur fond de publicité normative, le bruit des bottes anonymes sait se faire entendre pour qui dit ne pas faire de bruit. Bien ancré dans un monde où il lui convient de ne pas trop réfléchir, ne reflétant que très peu la lumière qui passe, cette majorité silencieuse auto-proclamée s’exprime et prime sur tout autre idée que les siennes. 


Mais revenons sur la définition identitaire de ce groupe de population…


Majorité pourquoi ? 


Parce qu’elle fait beaucoup de bruit ? 


Parce qu’elle est à l’aise pour exprimer l’opinion qui ne fera jamais objet de censure de la coercition officielle  ?


Parcequ’elle se sent légitimé par la puissance économique, politique, sociale et culturelle dont elle diffuse les dogmes ? 


La majorité n’est-elle pas une valeur, un nombre ? Et combien sont-ils finalement ? Combien ont soutenu activement le système en place…Parce que, ne nous leurrons pas, nous parlons bien d’un soutien actif au régime, en parlant des gens évoqués ici. 


Combien sont-ils à avoir activement voté pour le régime en place ? 20% de la population inscrite sur les listes électorales, qui représente 87% des gens en capacité de voter ? Ca fait quoi, même pas 15% de la population, dont une bonne partie doit regretter son choix aujourd’hui ? On dira 10% de soutien global des majeurs, français, nourris, logés, blanchis et vaccinés au pays de Molière, est-ce une majorité ? 


Ce sont pourtant eux quasi seuls qu’on voit, sur le mainstream, mais aussi, malgré ce que eux en disent, sur les réseaux. Eux, ce sont ceux qui n’hésitent pas à venir commenter sur vos pages, lorsque vous osez publier sur la votre, des communications un peu trop hérétiques, complotistes à leur goût.

Eux, ce sont ceux qui n’ont de cesse de vouloir semer la bonne parole chez les autres, des témoins de jéhovah du système, des missionnaire irréfléchis du néolibéralisme.

Eux, ce sont les vichystes, les collaborationnistes, les agents infiltrés inconscients. Eux, ce sont les auto-conditionnés, ayant fait trois fois le tour de la matrice jusqu’à l’aimer, la chérir et la défendre coute que coute.

Eux, sont presque impossible à sauver, au contraire de ceux qu’ils n’ont de cesse de vouloir influencer vers un chemin de vie qui ne me semble pas être le leur. 


Doit-on les laisser s’auto-discréditer ? Doit-on les combattre ? Chacun fera ce qui lui semble être le meilleur. 


L’animal acculé est toujours plus agressif. Nous touchons à la fin d’un régime qui se défend logiquement, de manière plus véhémente. Les perroquets du système suivent naturellement. 


Non, cette majorité silencieuse auto-proclamée n’est pas non plus silencieuse, elle est brayarde. Elle s’étale, vocifère et fait pulluler ses discours tantôt crétins, tantôt abjectes. 


La majorité silencieuse auto-proclamée, est en réalité, la minorité braillarde. 
Elle s’exprime sans contrainte au pays du fascisme et tant qu’on évoluera dans ce contexte, elle n’hésitera jamais à continuer à se faire entendre. 

Lorsque les temps changeront, ils retourneront leur veste, comme de bien entendu, puisque attirés par le côté rassurant et sécurisant du pouvoir, comme des mouches à merde. Ils deviendront résistants dès 1946 et s’auto-proclameront ayatollah du régime qui suivra. C’est ainsi et il nous faudra, quoi qu’il en soi, vivre avec eux. 


En revanche, il convient de remettre les choses à leur place.

Les minorités, ne sont pas les majorités, les braillards ne sont pas silencieux. Une fois l’église remis au milieu du village, il est plus aisé de la distinguer comme telle.