La censure sur les réseaux sociaux et la bataille de l’opinion.

À la Une

Aujourd’hui, nous allons parler un peu de censure.


Définition :

  • Examen préalable fait par l’autorité compétente sur les publications, émissions et spectacles destinés au public et qui aboutit à autoriser ou interdire leur diffusion totale ou partielle. (En France, les films doivent comporter un visa de censure, le visa d’exploitation, délivré par le ministre de la Culture après avis d’une commission.)

Nombre de diffuseurs à tendance « complotiste », terme défini selon les vœux de notre chère doxa mainstream, ont vu leurs vecteurs de diffusion, pages Facebook, Youtube et j’en passe, censurés, voire très souvent leurs supports de diffusion auprès de ces hébergeurs tout bonnement fermés ces derniers mois.
Nos observateurs vigilants contre le complotisme remettent fort heureusement ces dits « complotistes » sur le devant de la scène, via les mêmes plateformes.

https://lepetitcollaborateur.fr/2020/11/27/histoires-de-complotisme/

En tentant de juger des intentions de ces anti-complotistes, vivant des idées de complots qu’ils dénoncent chez les autres, on pourrait comprendre leur démarche selon deux grands axes de réflexion :

1- Ils se sentent tout puissant et veulent à nouveau montrer en public comme ils savent bien prendre le dessus sur la bête complotiste acculée, bien heureusement éloignée par la censure de femmes, enfants et petit chats innocents, un peu comme l’homme qui a su chasser le loup du bois et qui l’achève en place du bourget.

2- Ils craignent le retour en légitimité des complotistes et de leurs théories du complot auprès du tout venant social et tentent d’afficher l’absurdité, la dangerosité de leurs thèses via les portes voix officiels qui leur sont, pour l’occasion, grands ouverts, puisque le message les conforte dans leur place aux affaires.

Voici la seule couverture autorisée finalement à ces « complotistes » sur les réseaux officiels, mainstream. La place accordée par le pouvoir en place, celui qui possède les vecteurs médiatiques mainstream, les réseaux sociaux de masse. Une couverture d’opprobre, de discrédit, patchwork de diffamations, insultes et autres diffusions de haine à l’endroit des personnes visées, celles contrevenant au bon ordre moral d’une religion civilisationnelle néolibérale, qui ne dit pas son nom.
J’ai donc vu ces derniers temps, sur ces réseaux, plusieurs de ces diffuseurs complotistes censurés, se faire tailler une chemise par les diffuseurs sains, ceux qui savent se limiter aux paradigmes du pouvoir, dans les sujets dont ils traitent et dans le traitement qui convient d’en être fait. A la vue de la masse de censure du moment, le simple fait que ces chaines Youtube, pages facebook, n’aient pas de problèmes dans la diffusion de leurs sujets, tend à prouver qu’ils savent se limiter, s’auto-limiter, à ce que nos bons maîtres propriétaires des vecteurs de diffusion de masse officiels, autorisent.
C’est ainsi que j’ai retrouvé un certain Jean jacques Crevecoeur, sur des réseaux sociaux dont il a été banni depuis le mois de mai 2020, par nos guides du « bien penser » officiels. Le pourquoi du taillage de chemise de Mr Mondialisation ne m’intéresse pas ici, ni non plus la substance du travail de Mr Crevecoeur. J’encourage chacun à se faire sa propre opinion sur le travail de chacun.
Dans cet article, c’est le principe de censure qui m’intéresse et l’exemple du cas du traitement de crevecœur par Mr Mondialisation me parait intéressant pour l’illustrer.


Voici l’article de Mr Mondialisation, relayant une critique de l’extracteur, un debunker à deux rond, pullulant parmi les autres de son genre :

L’image diffusée par Mr Mondialisation reprenant une diffusion de « l’extracteur »


Texte de Mr Mondialisation illustrant le commentaire de « l’extracteur » :

Nouvelle alerte dérive sectaire concernant Jean-Jacques Crèvecœur, un gourou belge connu pour surfer sur toutes les théories du complot les plus folles du web afin de collecter des adeptes et vendre ses conférences/cours totalement farfelus (de 150 a 1300 euros par personne).Crèvecœur s’est particulièrement fait connaître lors du premier confinement en orientant la colère légitime et les doutes vers des doctrines sectaires et autres théories imaginaires. Déjà en 2009, lors de la grippe A (H1N1), il présentait les vaccins comme une arme bactériologique et accusait Obama de préparer un « génocide » mondial. Jean-Jacques Crèvecœur est également un soutien de Ryke Geerd Hamer, condamné pour exercice illégal de la médecine et mise en danger de la vie d’autrui. Il est aussi connu pour pousser des patients cancéreux à s’éloigner de la médecine (et donc mourir sans soins adaptés). Crèvecœur sait parfaitement comment récupérer et orienter une colère/indignation populaire pour endoctriner les esprits, tout en leur promettant l’élévation spirituelle. Par ailleurs, la fondation de Crèvecœur distribuait de faux formulaires d’exemption de port de masque pour ses adeptes, alimentant des clusters de la pandémie. Citons également ses références aux reptiliens et à l’Atlantide.Aujourd’hui, Jean-Jacques Crèvecœur évoque désormais – à ses quelques 200.000 abonnés Youtube – l’élévation prochaine des esprits « sélectionnés » (ses fans) vers la 5eme dimension… et prévient que ses adeptes ne pourront probablement plus communiquer avec ceux qui ne les ont pas suivi (les autres). Un discours sectaire classique, qui se répète à période régulière de l’histoire, et qui vise ici à séparer socialement les adeptes de leur famille et leurs amis avant le « grand saut ». Comment va se réaliser concrètement ce passage dans la 5eme dimension ? Dans la plupart des sectes de ce genre, c’est l’étape finale avant un suicide collectif… Les adeptes ne l’apprennent qu’à la fin.Nous invitons nos lecteurs à être plus que jamais attentifs aux dérives sectaires, en particulier dans un moment très singulier de l’histoire où nos frustrations contre les autorités sont légitimes et nombreuses. Certains le savent et n’ont aucun scrupule à récolter les esprits égarés à des fins économiques et sectaires.

Sources : https://fr.wikipedia.org/…/Jean-Jacques_Cr%C3%A8vec%C5…https://twitter.com/l_extracteur/status/1339931846562500616https://www.derives-sectes.gouv.fr/quest-ce-quune-d%C3…

Ma réponse à Mr Mondialisation :


Vous n’êtes pas en accord avec ce que dit ce Monsieur Crevecoeur, pourquoi pas.
Vous ne verrez donc pas d’inconvénients à ce qu’il ai le droit à la parole…
Le problème me semble bien dans sa censure. La censure entretient les légendes. Si quelqu’un dit quelque chose de stupide, le laisser parler permet à tous ceux qui sont confronté à son discours de s’en rendre compte. Le censurer, comme c’est le cas pour crevecoeur et moultes personnes en ce moment, n’est pas une solution honnête, à mon avis. Le positif dans cette publication, c’est que les observateurs vigilants contre le « complotisme », les debunker à deux ronds, remettent ce Crevecoeur sur le devant de la scène. Les visiteurs de la page, s’ils sont curieux, pourront aller voir ses publications sur les plates formes non-censurées comme Odyssee.


https://odysee.com/

Je vous invite à faire de même et à vous forger votre propre opinion, si ce n’est pas déjà fait. Je ne suis pas du tout un soutien de Crevecoeur, je ne connais pas très bien son travail. Grâce aux debunker à deux ronds, je vais me renseigner plus en profondeur. J’aimerai peut-être, peut-être que non. Dans tous les cas, ce ne sont pas ces debunker à deux ronds, qui me dicteront ce que j’en penserais alors, malgré leurs tentatives d’influence négatives à l’endroit de crevecoeur (mais ces deux médias ont parfaitement le droit d’indiquer leur opinion, tant que cela reste correcte (insulte) et légal (diffamation)). Je ne suis pas certain que ces deux notions de respect soient respectées par ces deux diffuseurs sur ce sujet. .   


Voici une réponse intéressante, entre deux insultes gratuites, que j’ai relevé suite à ma réponse à la publication de Mr Mondialisation : 

t‘as trop raison mec, YouTube supprime plein de chaîne sous prétexte que c’est « du contenu dangereux » ça me saoule, hier ils ont supprimé une chaîne pédophile et l’autre jour une chaîne de battage d’épouse, ils respectent vraiment pas la liberté d’expression.  
J’ai donc répondu ceci : 

Bon argument. je ne suis cependant pas certain que Crevecoeur diffuse de la pédophilie ou de la propagande pro-violence faite aux épouses. La comparaison me paraît donc douteuse, pour le moins. Certains considèrent, que de dévier de la doxa bigpharma actuelle est dangereux et irresponsable (ce qui est la véritable chose qu’on reproche à crevecoeur, puisque c’est bien pour ça et non pour ses croyances ésotériques, qu’il est censuré), tout comme le fait de diffuser de la pédophilie, ou de l’incitation à la violence. On peut débattre de l’efficacité sanitaire des mesures actuelles, ou du vaccin covid, beaucoup sont sceptiques à ce sujet. Ce qui est bien moins abstrait, en revanche, ce sont les restrictions de libertés et droits fondamentaux, les censures, faites au nom de tout ceci (politique sanitaire, vaccin…toute déviance aux doxas « Bigpharma »). Si cela ne vous paraît pas, au moins suspect, pour moi, ça l’est, ce qui fait certainement de moi un vilain complotiste. Il y a la lois, qui peut réprimer des publications incitant à la haine, ou du contenu illégal, comme pédophile, c’est une chose et il y a la censure, empêchant les gens de s’exprimer, en changeant les règlements des plate formes au gré de ce que la plate forme décide de promouvoir, ou non. Personnellement, je trouve Crevecoeur bien moins dangereux que le gouvernement actuel…Mais c n’est que mon avis.  


Mr Mondialisation à pris le temps de répondre aux nombreuses réaction et au débat qu’a suscité sa publication : 

Du coup, de la bonne presse pour vous c’est de fermer les yeux sur des charlatans qui promettent de guérir le cancer par magie, qui répètent que le coronavirus n’existe pas et demandent jusqu’à 1300 euros pour une formation en ligne bidon ? 🤔 Un peu de sérieux. On comprend toute la frustration des gens qui se sont fait manipuler par ce gourou ces derniers mois. Le retour à la réalité fait mal. Non les reptiliens de la 4eme dimension Atlantique, ça n’existe pas, et on va pas s’empêcher de le dire ! 😉 D’ailleurs vous nous avez convaincu de préparer un gros dossier sur lui, car ce genre de fléau décrédibilise totalement les luttes, pour le plus grand bonheur des puissants.  

Et voici ma réponse : 


Ca c’est très bien, documentez vous au delà des pages complotistes anti complotistes primaires, des debunker à deux ronds, faites vos propre recherches, faites vous vos propres opinions. Ceci n’explique pas la censure dont ce Crevecoeur est victime. Il a le droit à la parole et vous vous avez aussi le droit à la parole pour dénoncer ce qu’il fait, ou le fait de n’être pas en accord avec ce qu’il fait. Le problème actuellement est très clairement la censure. Qu’allez vous dire, ou penser, lorsque ça sera votre tour, Mr Mondialisation. Votre tour d’être censuré parce que vous aurez publié telle ou telle chose qui n’aura pas plu à l’industrie pharmaceutique. C’est vraiment ce qui se passe en ce moment même. Je vous recommande aussi de faire un gros dossier la dessus, sur cette censure. En attendant, bien que n’étant en aucun cas un de ces soutien, je suis heureux que vous permettiez à nouveau à Crevecoeur de s’exprimer sur Facebook, puisque la plate forme lui a été interdite depuis quelques mois maintenant.  

Quant à la question vaccinale, qui revient sans cesse sur le devant de la presse mainstream, tout doute ou toute critique paraît, là encore, suspecte aux yeux de nos médias mainstream et de ses perroquets.

https://lepetitcollaborateur.fr/2020/11/29/les-perroquets-du-mainstream/


Evoquant sur la page du journal le Monde, une petite remarque concernant la couverture d’une information concernant le vaccin Covid, voici un des nombreux exemple type de réaction (9/10 sont des insultes et 1/10, comme ce commentaire, sont des courtes explications du principe vaccinal :


tu te fais vacciner après la grippe ? Ou avant ? Prévention ou médication ?  

Je me ferai vacciner au moment où cela convient, lorsque les vaccins seront testés et vérifiés par des scientifiques indépendants, et qu’ils seront élaborés par des institutions indépendantes au profit et éloignés des corruptions à l’œuvre dans l’industrie pharmaceutique actuelle. En résumé, je ne fais pas confiance aux industries pharmaceutiques, ni aux politiques sanitaires d’état, donc lorsque ces derniers me proposent un vaccin, je doute tellement que je refuse. Ce comportement me paraît rationnel, logique…Mais ça ne me dérange pas qu’on définisse cela comme du complotisme, puisqu’à l’heure actuelle, il semble que le doute, le questionnement et la capacité de dire non à la doxa médiatique semble être définit comme tel. Après, on peut aussi avoir du recul sur le média à qui cette page FB appartient (Le Monde, financé par B Gates, partie prenante dans les politiques vaccinales mondiales et dans les industries pharmaceutiques vendant des vaccins), à qui FB appartient (un certain Marc Zuckerberg, ayant à maintes reprises fait la preuve de sa grande probité à tous égards)…Et les diffusions (ou non diffusion, ou censures) qui sont à l’œuvre sur ces deux vecteurs de diffusion d’information. On pourrait dire que leurs informations sont d’une certaine manière, orientées, notamment en terme de vaccin…On pourrait dire que le dire est faire un procès d’intention…Il faudra alors vérifier si cette intention est possible, probable, à la vue des liens d’intérêts entre telle diffusion d’idée et tel intérêt en jeux. ..  


Pour conclure…


Je vois du bon et du mauvais dans tout ceci. Les choses ne sont ni affreuses, ni formidables, elles sont nuancées. Je constate de la censure à tout va sur les réseaux sociaux, mais je constate également que les principaux censeurs, n’ont de cesse de vouloir revenir au sujet de leur censure…Comme s’ils n’arrivaient pas bien à avaler le fait que certains les classent dans le rôle de censeur, qu’ils n’assument pas être. Oui, ces intervenants et ses diffuseurs massifs sur les réseaux sociaux, pour la plupart, pensent être du bon côté, faire partie des gentils. Ils vont donc tout faire pour prouver au monde, et surtout à eux même, les bonnes raisons de leurs actions, qu’importe qu’elles soient agressives à l’égard de nombreux, et affirmatives sur des sujets restant très flous. L’enfer est pavé de bonnes intentions et même en enfer, il y a encore de bonnes intentions. 
Nous verrons bien comment tout ceci va continuer. Dans cette bataille de la diffusion de la pensée, je ne pense pas qu’un côté à totalement raison et l’autre totalement tort. En revanche, on peut mesurer les applications concrètes des idées diffusées par le pouvoir bourgeois, ayant le pouvoir de contrainte sur tous, grâce à une adhésion populaire de plus en plus fragile, adhésion sans laquelle ce pouvoir n’aura plus d’effet sur personne. Ces applications concrètes concernent tous, les d’accords et les pas d’accord, les deux côtés de la déchirure entre les gauchistes qui suivent la doxa « Bigpharma » et les autres. Ces applications concrètes ne peuvent se faire qu’avec l’adhésion populaire, d’où l’intérêt de la bataille des idées, notamment sur les réseaux sociaux, remplaçant les cafés du commerce dont on nous a privés. 

https://lepetitcollaborateur.fr/2020/11/19/hold-up-la-dechirure-serait-elle-une-bonne-nouvelle/


Advienne que pourra, rendez-vous au prochain épisode…

Le « Pass Covid », rappel des sombres heures du passé.

À la Une

Aujourd’hui, je vous présente le « Pass Covid »..


Cette jolie petite carte verte est proposée par notre chère, très cher député Six (des six en veux tu en voilà…), et commence déjà à être prônée de certains restaurateurs et responsables de lieux culturels, pour faire ouvrir leurs établissements un peu plus tôt, au nom de leur survie économique, mais certainement pas au nom de la dignité des idéologies qu’ils contribuent à diffuser.

Coucou valoche !


Souvenons-nous des parcs et jardins interdits aux chiens et aux juifs, souvenons nous des toilettes interdites aux nègres…Et rappelons nous qu’aujourd’hui, ce qui nous est proposé et qui est suivi si promptement par nos amis collaborationnistes, est ni plus ni moins d’interdire certains endroits publics, de plus en plus avec le temps j’imagine, aux personnes qui auraient refusé un vaccin, que les moins septiques de ceux qui osent encore se poser des questions refusent catégoriquement de prendre.

Souvenirs, souvenirs…


Voilà le monde qu’ils veulent, nos guides néolibéraux et leurs petites cours mainstream. Si vous voulez le même, qui s’imposera à moi et aux personnes vulnérables (mineurs, personnes en incapacité médicale, en précarité économique..), que j’estimerais donc vulnérables à vous, cela risque de poser quelques problèmes entre nous.


Dans une époque plus apaisée, ou les classes populaires ne subiraient pas une réelle et concrète guerre directe de la part du pouvoir bourgeois globalisé, de cet état profond organisé mondialement, sous l’égide de quelques grandes familles, de quelques grands industriels et financiers, ayant placé leurs pions politiciens pour vous contraindre et ayant racheté l’ensemble des médias mainstream et donc des portes voix qu’ils représentent pour vous conditionner, vous convaincre, vous matraquer de leurs informations, pour que vous souteniez leur guerre contre vous-même…

Dans une époque ou de « moins en moins risibles » kapos répètent à tout va, n’espérant même pas récolter quelques miettes des cadavres résultant des idéologies qu’ils répètent et qu’ils propagent, que la religion de la peur du covid tout puissant est la seule qui puisse guider toutes nos actions…

Dans une autre époque que celle-ci, je pourrais débattre de choses politiques, ne pas être d’accord avec mes interlocuteurs et les respecter quand même.


Mais aujourd’hui, les choses sont graves, trop graves et trop urgentes pour pouvoir suivre, être en accord et pouvoir continuer à vivre avec des possédés religieux, qui obligent et contraignent les autres à leurs croyances, directement, ou indirectement, consciemment, ou inconsciemment.

Les dégâts provoqués par ces perroquets du système de pouvoir fasciste, totalitariste du moment, sont trop grave pour être pris avec légèreté et ne pas globalement polluer leurs personnes toutes entières.

Je peux partager certaines idées avec ces personnes, je veux dire, d’autres idées, je peux même les partager en public et dire que ces idées viennent d’eux.

Ceci est possible, mais ma considération, ma capacité de vivre avec des personnes capables de cautionner les atrocités du moment, le masquage de la population dont les enfants, l’isolement des personnes âgées, quand ce n’est pas leur euthanasie collective institutionnalisée au rivotril, aujourd’hui cet histoire de « pass Covid » et demain la vaccination obligatoire pour tous, peut-être jusqu’à la pénalisation du refus de se vacciner avec un poison développé en quelques mois, sur lequel on a aucune recul autre que sur les bénéfices potentiels que se feront les industries pharmaceutiques dans l’opération...

Ceci m’est impossible et je ne peux qu’opposer à la radicalité de ce que ces personnes ne se rendent pas compte défendre, parfois avec beaucoup de zèle, ma totale séparation sociale de ces individus, mon radical combat contre les idées qu’elle diffusent.


A l’adresse de ceux qui cautionnent le fascisme covidien :

Ne croyez pas que je ne pense pas ce que j’écris..

.Ne croyez pas que je peux vous lire cautionner le fascisme et ensuite boire une pinte avec vous.

Les réseaux sociaux ne sont pas la vie, mais ils sont aussi la vie aujourd’hui. Celui qui tape sur son petit clavier reste le même, seul le support à changé. Étant privé de café du commerce, un peu grâce à vous, je continue néanmoins à vous entendre converser et je dois dire que faute d’être déçu, puisque peu surpris au final par vos attitudes face à la gravité et l’urgence de la situation politique (et non sanitaire), je reste bien mécontent de ce que j’entends, de ci, de là…

Vous avez des croyances, très bien, ce ne sont pas les miennes. Je ne respecterai vos croyances qu’à condition qu’elles ne m’y obligent pas, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui et malheureusement, certainement encore moins demain, tant que nos sociétés continueront de suivre le chemin actuel..

Je ne souhaite pas avoir un pouvoir de contrainte sur vous, mais, visiblement, certains d’entre vous souhaitent avoir un pouvoir de contrainte sur moi.

Je vous souhaite bien du courage, parce que ça ne sera pas facile de réussir à me contraindre.

Je comprends bien que si je me place dans votre point de vue radicalisé, pro covid, pro vaccin, pro mainstream, pro pouvoir en place, vous me considérerez en retour des idées que je diffuse, comme un afffreux complotiste, dangereux et irresponsable. De votre point de vue, je vous comprend, ne vous excusant pas néanmoins, à la vue de ce que vous provoquez pour des gens qui ne sont pour rien dans vos soutiens politiques (sanitaire me direz-vous…Scientifiques peut-être…)

La déchirure est donc actée, nous avons passé de bons moments, mais à la vue du fascisme très concret que vous cautionnez actuellement, je vous le dis, vous ne me manquerez pas.

https://lepetitcollaborateur.fr/2020/11/19/hold-up-la-dechirure-serait-elle-une-bonne-nouvelle/

Non ! Ne tuons pas Bill Gates !

À la Une

Aujourd’hui, des personnes m’ont relaté leurs inquiétudes sur la montée du fascisme actuel. 


« Je ne sais pas où on va, mais on y va ! » M’ont-elles indiqué, pleines d’incertitudes sur une situation politique et sociale qu’elles ressentent empirer. 


« Que faire ? Comment faire ? Faut-il tuer Bill Gates ? » 

Coucou Billou !


Je réponds évidemment que non. Tuer une malfaisance, n’est que créer une malfaisance supplémentaire. Et est-ce vraiment Bill Gates, le responsable de la situation actuelle, de la dictature sanitaire, des restrictions des droits et libertés fondamentales ?


Bill Gates, tout seul, avec ses petits bras, à part enfiler des pull roses moches en cachemire, il ne fait grand chose. Ce qu’il conviendrait plutôt de « tuer », c’est le phénomène qui résulte au fait que cette toute petite personne avec ses petits bras et ses pulls en cachemire, puisse décider de tant de choses avec toute la malveillance qui la caractérise. 

C’est à cela qu’il faut réfléchir. Comment, qui, pourquoi, une petite personne, ou un ensemble peu nombreux de toutes petites personnes, toutes organisées qu’elles puissent être, ont ce pouvoir sur nous, de nous dicter nos vies ? Qu’est-ce qui légitime cela ? Qui légitime cela ? 


Au bout de la chaîne de légitimations de pouvoir, c’est bien nous, le peuple, la masse, qui écoutons et obéissons à ces toutes petites personnes, qui face à nous, agitant leurs petits bras, nous paraissent bien ridicules. 

Il convient alors de se poser une autre question :

D’où vient ce pouvoir grossissant, cette illusion projetée à nos yeux, qui nous convainc que ces toutes petites personnes ont ce pouvoir sur nous, que ce pouvoir est légitime, inéluctable et que notre devoir est d’y obéir ?

Comme pourrait le dire ce cher Laurent Alexandre dans son interprétation toute personne de l’ouvrage « les dieux et les inutiles », ces toutes petites personnes ont été érigées comme les dieux et nous sommes érigés dans cette petite histoire, ce conte pour enfant, ou adultes conditionnés à l’infantilisation citoyenne, comme les inutiles. Inutiles, pas si inutiles que ça, puisque c’est avec nos tout aussi petits bras (mais bien plus nombreux et donc d’une puissance colossale lorsqu’ils sont coordonnés dans un but commun) que ceux de Bill Gates, que nous faisons, ce que ces bien peu nombreux, décident que nous fassions. Pour faire suite à cette jolie histoire, qu’ils racontent lorsque c’est nous qui en fabriquons les livres et en tournons les pages, il paraîtrait qu’à force de travail acharné, les nombreux petits bras des masses populaires aient pu fabriquer assez de robots et d’intelligence artificielle, pour qu’il soit possible de se débarrasser de quelques-uns de ces inutiles, qui commencent à coûter plus qu’ils ne rapportent. Qui jettera le linge sale, à votre avis ? Bill Gates ? Non, ça sera bien vous, avec vos nombreux petits bras et vos toutes petites, de plus en plus petites têtes, qui vous en prendrez à d’autres petits bras avec des petites têtes, sous la bonne coordination de Bill gates et consorts…


Mais ce cher Bill, tout seul avec sa toute petite voix, serait bien incapable de vous dicter votre conduite. Il faut bien des intermédiaires à cela. Le mainstream (informations générales), les enseignants (conditionnements culturels), les médecins (conditionnement sanitaire), le conditionnement social et culturel…

Tout cela, ce sont les agents vecteurs des croyances des masses populaires, à avoir la foi sur l’inéluctabilité du pouvoir bourgeois sur elle. Au sein même de cette bourgeoisie de culture commerçante modelant la société à son image, une toute petite élite dicte les croyance à une sous bourgeoisie, qui elle, aura pour mission de semer sa parole d’autorité sociale et culturel, au tout venant social qu’elle côtoie, notamment au travail. Ce palier le plus bas de la bourgeoisie sociale, comprend pour les plus importants missionnaires auprès des basses classes d’entre eux, les enseignants et les médecins.


Pour contenir les élans potentiels de révolte, les forces de l’ordre sont en place, pour assurer la visibilité de la coercition légitime. 

La coercition légitime, légitime jusqu’à quand  ? Jusqu’à quel point ? Jusqu’à quelle privation de droits ou de libertés supplémentaires ? 


Jusqu’où, le pouvoir bourgeois repoussera t-il la limite de l’acceptation des classes populaires, de ses humiliations quotidiennes ? 

Dans la mesure ou l’on souhaite remettre tous ces états de fait sociaux et culturels en cause, ce qui s’accompagne naturellement d’une remise en cause du pouvoir politique et économique, tant dans sa pratique, que dans son organisation, il convient d’agir sur des leviers efficaces. 


Ce n’est pas pour rien qu’on appelle le pouvoir médiatique, le quatrième pouvoir, après les traditionnels pouvoirs exécutifs, législatifs et judiciaires. Concernant ces trois derniers pouvoir cité, il me semble que cela fait bien longtemps qu’ils ne font plus qu’un, que j’appellerai le pouvoir politique, qui par cette interprétation, paraît en rien démocratique (puisque pas de séparation des pouvoirs, le pouvoir médiatique, ne me semblant pas être plus séparé du reste). 


Internet, encore aujourd’hui incontrôlable (mais jusqu’à quand ?), a un certain intérêt en tant que contre pouvoir médiatique et culturel. Remettre le pouvoir social et culturel en cause revient à passer par le net. Cela reviendrait aussi à restituer les médias mainstream, pour ce qu’ils semblent être en réalité, des agents culturels du pouvoir en place. Leur rôle est la diffusion des conditionnements et croyances culturelles au peuple et au bas peuple. Ils informent et divertissent, au gré de ce qu’il convient pour le pouvoir en place, que les consommateurs de leurs sons et lumières pensent, des sujets auxquels il convient que ces consommateurs religieusement culturels réfléchissent, oublient, ou ne voient pas. 


Resituer les choses pour ce qu’elles sont, est un premier pas vers une prise de conscience nécessaire, amenant naturellement à ne pas vouloir végéter, dans un rôle de dindon de la farce social, exploité et manipulé au profit de si peu, si loin. Ces si peu, si loin, sont inatteignables et tant mieux, parce qu’en réalité, ils n’ont pas grande importance. Leur pouvoir n’est qu’illusion et c’est contre cette illusion qu’il est nécessaire de lutter.

Une fois cette illusion restituée en tant que telle, plus personne ne sera convaincu par elle. Plus personne n’y croira et il n’en découlera plus aucun pouvoir concret, de domination des uns sur les autres. 


Sans le pouvoir des illusions, des conditionnements longuement préparés, matraqués, coordonnés, banalisés, personne ne suivrait les Bill Gates, Rothschild, Rockefeller et leurs gouvernements marionnettes. En voyant les choses sans voile manipulatoire, il est très clair que tout ceci est une arnaque commerçante géante.  


Mettre à bas ses illusions regantes, voilà un combat effectif à mener. Il se mènera auprès des relais culturels mainstream, mais également auprès des relais culturels éducatifs et médicaux. 
Ces gens-là, les enseignants et les médecins, tout comme la plupart des journalistes,ne se rendent pas réellement compte de ce qu’ils font, de ce à quoi ils participent de manière tellement active, zélée. Au pays des collabos, ce sont les collaborationnistes, au même titre que tous ces perroquets du mainstream, qui par delà conversations de comptoirs (bien que la dictature sanitaire nous en ai privé), et commentaires sur les réseaux sociaux, assènent à tout ce qui déviait de la norme, leur discrédit et leur haine. 


Tout ces gens, les journalistes mainstream, les enseignants, les médecins, les flics, les perroquets du mainstream, ne sont surement pas à jeter…Peut-être ouvriront-ils les yeux un jour, même dans longtemps, même lorsque les paradigmes de pouvoir auront évolué et qu’ils deviendront résistant à partir de 1946…

Julien Dragoul, un chanteur de Music-hall, point à la ligne !



Je n’y crois guère, mais je suis peut-être trop défaitiste. 


Je ne pense pas, à la vue de l’état actuel du conditionnement de tous ces agents zélés du pouvoir bourgeois, qu’il convient de tenter de les convaincre. Je crois plus à la nécessité de les discréditer dans leur rôle, de les amener à se projeter dans leur rôle actuel, en cas de changement de paradigme de pouvoir. Malheureusement, j’ai bien l’impression que ces personnes y ont tellement été conditionnées, en profondeur, qu’elles n’agissent et ne réagissent plus que par la peur. Ce n’est pas du Covid, qu’elles ont besoin de se faire soigner, ou vacciner, mais bien de la peur qui les fait fonctionner en quasiment toute circonstance. 

Alors non, il n’est pas nécessaire de se focaliser sur des toutes petites personnes, des Bill Gates ou autre. Le pouvoir, c’est vous, en réalité, encore faut-il le savoir.

Lutter contre les agents zélés, qui vous empêchent de le savoir, voilà une des clés du déconditionnement des masses.

Cette lutte, même si elle se personnalise forcément sur ses relais humains, est avant tout une lutte contre des illusions, des croyances collectives, qui nous soumettent, nous humilient et nous font passer pour ce que nous ne sommes pas en réalité.

Redevenons qui nous sommes, empêchons ceux qui consciemment ou inconsciemment, n’ont de cesse de nous convaincre de leurs illusions, auxquelles ils veulent nous obliger.

Stoppons le complotisme, une bonne fois pour toutes !

À la Une

Stoppons le complotisme, la méfiance envers les vaccins, une bonne fois pour toutes !

Recueillons le nom de tous les journalistes, éditorialistes, ayant rédigés des articles pro-vaccins, sur France Inter, Le Monde et d’autres médias mainstream, en ajoutant les rédac-chef et patrons, responsables des publications de ces dits, médias, et, si besoin, allons leur demander poliment de bien vouloir appliquer à eux-mêmes, ce qu’ils recommandent pour les autres.

Vérifions que toutes ces personnes de bonnes intentions, se vaccinent en priorité sur tous les autres (« tous ces autres » que ces portes voix mainstream semblent vouloir voir se faire vacciner contre le covid)

Je ne suis pas pour l’obligation vaccinale, alors, pas d’obligation, une évidence.

Naturellement, la prise effective du vaccin « officiel », serai vérifié, en tel cas, par huissiers et « vérificateurs indépendants » (soumis à des vérifications détallées de leurs conflits d’intérêts potentiels).

Cela va de soi, il conviendrai, si adhésion à cette idée, d’effectuer ce processus avec toutes les personnes, faisant fonction d’autorité publique, qui vanteraient les mérites de ces futurs « vaccins » et également avec l’ensemble des cadres des industries pharmaceutiques concernées, ainsi que des laboratoires vaccinant (pas de laborantin qui injecte le vaccin, qui n’aurait pas été lui même vacciné au préalable).

Lorsque nous aurons vu tout ce petit monde, se faire vacciner avec ce qu’ils recommandent pour nous, il conviendra d’attendre quelques mois, ou quelques années, afin d’être en mesure de vérifier si l’état de santé de ces personnes ne se dégrade pas en raison des effets secondaires, ou même primaires du dit « vaccin ».

Je n’ai rien contre les pro-vaccins, ni contre les anti vaccin, chacun peut se faire son idée sur l’utilité vaccinale concernant le Covid.

Si les pro vaccins croient vraiment aux idées vaccinales qu’ils diffusent, cela ne devrait pas poser de problème de vérifier que ces personnes se vaccinent en premier.

Cela arguerait en leur sens, en prouvant par leur action concrète sur eux-mêmes, que ces personnes sont réellement convaincues des bénéfices du vaccin covid.

Cela atténuerait également les méfiances de certains, quant-à la probité de nos diffuseurs publics d’informations sanitaires, gouvernants, et acteurs à diverses échelles de « Bigpharma », en montrant à quel point ces personnes sont prêtes à prendre des risques pour elles-mêmes, avant de prôner l’obligation d’en faire prendre aux autres.   

Vous me direz que j’encourage le fichage, au final !

https://www.urbanwakan.com/fr/uwk-webzine/bill-gates-reclame-un-certificat-numerique-pour-identifier-les-personnes-vaccinees-contre-le-covid-19-216?fbclid=IwAR0sp7HFQa6OoPbRRhsO5s52txW5q5kkc98fptcTs26cMVIb5daHhGj4_Pc

Dans l’article ci-dessus : « « des certificats numériques » seront utilisés pour identifier qui a reçu le prochain vaccin contre le COVID-19. Et ces certificats seront également utilisés pour identifier qui peut mener, ou non, ses activités.  » .

Sachant que l’ami Bill Gates à sa petite influence, il montre la voie vers le traçage de tous.

Ce n’est pas ce que je voudrais, n’étant pas un fan du totalitarisme sanitaire qui semble être prôné sur France Inter (en référence aux articles publiées par cette magnifique radio d’opinion).

Je ne fais que marquer une sorte de volonté de renversement sémantique, consistant à encourager à ce que des comptes soient réclamés, à ceux qui en réclament pour les autres (France Inter et autres perroquets du mainstream).

Ces derniers qui revendiquent avec vigueur fichage et sécurité pour tous, dès qu’on les fais flipper pour des maladies, ou du terrorisme, devraient montrer l’exemple et se faire eux même ficher en avant première, histoire que les autres voient ce que ça fait et puissent réfléchir avec du recul, sur le fait qu’ils souhaitent la même chose pour eux même, ou non, ensuite. .

https://lepetitcollaborateur.fr/2020/11/15/tracage-regles-sanitaires-plus-strictes-quen-pense-le-journal-le-monde/

Covid19 : Liberté d’expression et responsabilité sur autrui.

À la Une

Covid 19, une histoire de croyance ?

Cette fausse pandémie nous aura au moins appris une chose. Les médias mainstream peuvent vous raconter ce qu’ils veulent, vous y croirez. Vous êtes des croyants. Cela vous permettra peut-être de mieux comprendre comment sont heurté d’autres croyants, lorsqu’on caricature leur prophète …

Je suis pour la liberté d’expression, même celle qui caricature des prophètes, je n’ai pas d’ambition d’interdire quoi que ce soit en la matière…

Cependant, j’imagine vos têtes, si on caricature vos prophètes à vous. Ceci me donne encore plus goût à la liberté d’expression.

Voyez les enseignants, ces grands croyants devant l’éternel de la religion « démocratique républicaine. » Ils diront quoi si on caricature un de leur prophète, le martyr Samuel Paty ?

Ils seront pour la liberté d’expression, pour la libre caricature à ce moment-là ?

Il n’y aurait pas un fanatique religieux enseignants pour venir buter l’auteur du dessin ?

Ou, je dessine très mal (au départ, je voulais imiter la caricature du Mahomet à genou avec une étoile dans le cul, diffusée par l’enseignant décapité, mais dessiner avec la souris, c’est chaud…Je suis vraiment pas caricaturiste !) C’est juste un exemple de ce qu’on pourrait faire comme caricature du martyr Samuel Paty. J’ajoute que je ne tiens nullement à inciter à la haine et que je ne cautionne aucune décapitation quelle qu’elle soit. C’est une caricature, donc elle se moque et peu aussi se moquer des morts, mêmes violentes et injustifiables. N’est-ce pas ça, la liberté d’expression accordée à ceux qui se moques du prophète d’autres croyances que les leurs ?

C’est souvent un des problèmes des croyants, leurs croyances les aveuglent à tout autre point de vue.

C’est aussi pour cela qu’ils ne peuvent supporter qu’un film comme Hold Up existe, ou même les « complotistes » en règle général…

Quelques articles sur le sujet :

La censure sur les réseaux sociaux et la bataille de l’opinion.

Je constate de la censure à tout va sur les réseaux sociaux, mais je constate également que les principaux censeurs, n’ont de cesse de vouloir revenir au sujet de leur censure…Comme s’ils n’arrivaient pas bien à avaler le fait que certains les classent dans le rôle de censeur, qu’ils n’assument pas être.

Le « Pass Covid », rappel des sombres heures du passé.

Souvenons-nous des parcs et jardins interdits aux chiens et aux juifs, souvenons nous des toilettes interdites aux nègres…Et rappelons nous qu’aujourd’hui, ce qui nous est proposé et qui est suivi si promptement par nos amis collaborationnistes, est ni plus ni moins d’interdire certains endroits publics, de plus en plus avec le temps j’imagine, aux personnes qui auraient refusé un vaccin, que les moins septiques de ceux qui osent encore se poser des questions refusent catégoriquement de prendre.

Aux adeptes de la secte religieuse du Covid tout puissant :

Il me semble toutefois dommageable que leurs croyances covidiennes, qui ne devraient concerner qu’eux, obligent et contraignent tellement les autres…J’ai parfois l’impression de subir un genre de république islamique, sauf qu’il s’agit d’une autre religion que l’islam qui règne. Il s’agit néanmoins, d’une religion avec ses dogmes, ses missionnaires, ses inquisiteurs. Une religion avec ses interdits, ses fatwas…Une religion avec ses signes distinctifs, ses intolérances, ses répudiations (#professeurperonne)

Oui , parce que contrairement à beaucoup de croyants en d’autres religion, le croyant aux dogmes « démocrates républicains » (un jolie nom pour désigner, le « totalitarisme néolibéral »), croient dure comme fer que leurs croyances ne sont en rien religieuses, irrationnelles, mais bien « scientifiques » (on comprendra la dedans, les « sciences humaines »).

Les croyances et leurs conséquences :

Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a été interrogé sur le fait que les membres du gouvernement ne se fassent pas vacciner en premier, ne serait-ce que pour donner l’exemple, alors que la méfiance reste importante en France à l’égard du vaccin.

Source: https://bit.ly/37u5ADC

Dites bonjour à Gabriel !

Les membres du gouvernement refusent de se vacciner les premiers. Les dirigeants de Big Pharma jouent à la bourse et vendent leurs actions à la veille d’annonces de sorties de vaccin, se faisant quelques millions de dollars au passage…On vous explique que les industries pharmaceutiques qui vendent les vaccins aux états, ne seront pas responsables juridiquement des potentiels effets secondaires des vaccins, mais que ça sera l’état, donc vous indirectement, qui serez responsables.

Vous ne vous étonnez donc pas que la recherche sur les effets secondaires des vaccins soit si peu poussée ?


Vous ne voyez donc rien venir ?


Je dis juste ceci, concernant les personnes adultes et jugées comme « responsables de leurs actes » (donc pas les enfants et les personnes vulnérables, comme certaines personnes âgées, ou malades) : :


Si vous vous faites vacciner, vous méritez votre vaccin…Mais pas vos enfants et les gens sur lequel vous êtes juridiquement responsables. Je pense que, dans la mesure de toutes les preuves de la dangerosité de ce vaccin disponible partout, même sur le mainstream, si vous faites vacciner quand même vos gosses, ou d’autres personnes vulnérables sous votre responsabilité juridique, cette responsabilité qui vous est accordée est clairement à remettre en question.

Je sépare ce problème du fait que vous voulez user de ce vaccin pour vous même, ce qui est votre droit. Ce n’est pas aux autres de vous empêcher de vous suicider. C’est pour cela que je recommande à ce type de personne, comme au personnel politique recommandant le vaccin Covid, de vous faire vacciner avant d’en obliger ceux qu’il vous est permis juridiquement d’obliger.

Piquez-vous, attendez un an ou deux. Un petit recul quoi…

Du recul, vous ne connaissez pas ? Le principe de précaution non-plus ?

La seule précautions que vous connaissez sera-t-elle de suivre au pied et à la lettre tout ce qu’on vous dit de faire ?

Pourvu que ça soit dit sur le mainstream ?

Même si vos maîtres vous en prive de plus en plus, faisant de vous officiellement, les enfants que vous êtes dans vos têtes, vous avez encore certaines responsabilités résiduelles, comme celles de prendre des décisions pour d’autres, ces personnes sous vos responsabilités directes.

C’est un sacré poids, qu’il convient de mesurer, surtout lorsqu’on a à prendre pour eux une décision grave, qui est appelée à être suivie de certaines conséquences, notamment sur leur santé.

Les perroquets du mainstream

À la Une

Intéressons-nous à la connivence et aux liens d’intérêts entre nombres des acteurs économiques qui sont intéressés financièrement, économiquement et politiquement, par tout ce qui se passe autour du Covid depuis presque un an.


Ne pas dire que tout ceci est du hasard, que ces liens ne sont que les conséquences de rapports économiques complexes serait certainement perçu comme du complotisme.

Est-ce une raison de s’empêcher d’avoir, au moins, quelques doutes sur le sujet ?

Se poser des questions quant-au fait que tout ceci, relie des intérêts de hautes sphères entre-eux, et profite à chacun suivant un cheminement logique, susceptible d’avoir été concerté, voir concerté de longue date à la vue de l’internationalisation de cette logique supposée, ne semble pas pouvoir se faire sereinement sans susciter l’émoi des chiens de garde mainstream et de leurs perroquets.


Parlons-en de ces perroquets...

Que font-ils dans la vie, ou de leur vie ?Je veux dire en cette interrogation, que font-ils de concret aujourd’hui, concrètement différemment de ce qu’ils faisaient avant la mode du Covid ? (mis à part être les chiens de garde du mainstream sur les réseaux sociaux, parce que, la plupart du temps, leur fonction de perroquets à débuté bien avant le Covid).


Et bien, ils masquent leurs gosses, suivent religieusement toutes les règles liberticides qu’on leur impose, et souvent, les cautionnent, voire les défendent, les faisant passer du statut de collabos, à celui de collaborationnistes. Ces perroquets sont les Kapos de terrain de tout ce système de conditionnement à nos esclavages à tous. Ils n’ont de cesse de vouloir imposer leur morale aux autres, tels des missionnaires religieux, chargés de récupérer les brebis égarées des saintes croyances.


Nos amis perroquets, bien prompts à répéter la doxa du pouvoir en place à qui peut l’entendre, représenteraient des sortes d’agents de liaison entre vous et les grands coordinateurs néolibéraux de ce monde.

Ces derniers, une fois leur stratégie globale élaborée, passeraient leurs consignes de gouvernance aux grandes sociétés qui sont leur bras économique.

Ces dernières dicteraient alors leurs préconisations aux grands gouvernements qui sont leur bras armé.

Ces derniers engageraient en conséquence, leurs bonnes recommandations et suggestions au mainstream par le biai de l’AFP (Agence France Presse, pour la France), diffusant conditionnements culturels et propagandes…

Et c’est là qu’interviennent les perroquets, qui seront le relai zélé de cette propagande, de ces diffusions massives de conditionnements sociaux et culturels d’un ordre social et économique établit pour le bien de ceux qui l’édictent, le relaient et le diffusent.


Ces perroquets joueront leur rôle de Kapo, méthodiquement, sans souvent, même la plupart du temps, s’en rendre compte. Il se sentiront citoyens éclairés, faisant partie de cette minorité braillarde ayant le sentiment d’être assez à l’aise dans ce système, pour s’en sentir l’âme d’un défenseur, ou pour s’avérer dans l’incapacité spirituelle de le remettre en cause.

https://lepetitcollaborateur.fr/2020/10/10/majorite-silencieuse-ou-minorite-braillarde/


Ainsi, le pouvoir répète au mainstream, qui répète aux perroquets, qui répètent aux moutons, qui sont parfois également des gros boeufs, voire des veaux, mais certaines fois également, de gros porcs, ou de grosses truies. N’oublions pas dans cette petite liste de gentils mammifères obéissants, quelques blaireaux sortis du bois, sachant écouter les séduisants serpents leur indiquant quand il sera le juste moment, pour croquer la pomme de l’ignominie.
Tous chanteront en cœur, la peur du loup qui les croquera s’ils sortent de leurs enclos, paradigmes de pensées adéquates, à les maintenir sous le joug de ceux qui les cultivent comme de pauvres pommes, ou des grosses poires.


Aujourd’hui, le loup est le Covid, le terrorisme, le Covid et le terrorisme. Leurs enclos sont le protocole sanitaire, le plan Vigipirate, les contrôles de la police, de la censure médiatique, de l’auto-censure entre personnes et surtout, ô surtout, leurs croyances que le pouvoir propage, auxquelles il s’est donné beaucoup de peine à conditionner les gens dans leurs vies toutes entières.


Désenchantement du monde vous dites ?

Évolution des axes de domination culturels, je réponds.


Le petit Jésus a été changé en état nation, le royaume de dieu en république laïque, les messes, en élections..Les inquisiteurs en presse mainstream…Les hérétiques en complotistes…Les tables de la loi, en « consensus scientifique »… »consensus social », « consensus culturel »…


C’est la liberté d’expression, vous disent-ils. C’est la démocratie…Les voilà, les nouvelles rivières enchantées, cornes d’abondances illusoires qui ne voient leurs espoirs de quelques miettes grapillées de ci de là, seulement par le contentement de quelques consommations de masse, de sustentations à des besoins créés de toute pièce pour occuper les esprit, et exploiter un peu plus au passage.


Le dogme vous dit ce à quoi vous adhérez, ce à quoi vous devez vous occuper, ce que vous ferez de votre temps libre résiduel lorsque vous ne serez pas occupé à vous assujettir à la « valeur travail ». Le dogme vous invente vos espoirs, vos envies, vos loups, vos angoisses et vous, vous vivez la vie dont ils veulent que vous soyez dignes…


A part ça, comment vous sentez-vous, au-delà du fascisme de votre mental bien facile à duper ?

Comment vous sentez-vous au plus profond de vos êtres ?


Bien qu’au milieu des dogmes, le questionnement ne semble pas à la mode, je vous invite tout de même à vous poser la question.

A vous poser des questions, à vous poser vos questions et à arrêter de penser avec la tête d’un autre.

Le perroquet répète, nous l’entendons bien..Mais pense t-il ?

Les observateurs vigilants du complotisme

À la Une

Vous connaissez Rudy Reichstadt, fondateur de l’observatoire Conspirasy Watch ?

Rudy le bien aimé ❤

Rudy Reichstadt, chevalier protecteur de la Veuve Clicquot et de l’orphelin en réflexion personnelle.
Fondateur de l’observatoire « Conspiracy Watch »…Rooo, le péteux, l’observatoire..!

L’observatoire, c’est lui et ses trois potes qui ont trop bouffé de confiture.

Conspiracy Watch, c’est un peu un genre de « Voisins Vigilants », autre type d’observatoire du haut des miradors des zones pavillonnaire qui flippent que des gitans viennent leur voler leur télé…Tu m’étonnes, ils ont besoin de leur führer BFM ! 

Voisins Vigilants, Conspiracy Watch, deux combats, une idéologie !


De la même manière, « Conspiracy Watch » défend les intérêts de cet ordre de pensée établit, dans lequel les petits bourgeois de zone pavillonnaire on gagné, ou gardé leur place..

ET ils la défendent les bougres, cette minorité braillarde se prenant pour la majorité silencieuse dont j’ai déjà parlé dans un précédent article…


Conspiracy Watch, comme tous ces debunker à deux ronds débunkent bien moins qu’ils rebunkent et surbunkent la culture de domination culturelle par la domination sociale et économique. 
Eux, c’est la science, la vérité, la dictature de la pensée… Pourquoi lutter ? Pourquoi l’ouvrir ? Pourquoi se poser des questions, c’est qui que ça arrange de se poser des questions ? 

Eux ?

Non !

Alors fermez là ! 


On les voit à toute heure, se pavanant de plateaux télé en plateaux radio, d’articles de journaux, en délations en fact checking, les petits gros de la Kommandantur, les Reichstadt, les Huchons, qui ont fait du complotisme anti-complotiste leur fond de commerce. Ils vivent du complot par le complot et sont selon-moi, représentent la véritable essence de ce qu’est le vrai complotisme.

Le complotisme :


Ah, le complotisme…Ce concept, dans sa définition du pouvoir bourgeois et de ses agents culturels fréquents, me semble de plus en plus ressembler au déni de tout ce qui saute aux yeux, caché derrière une réalité présentée comme un complot. 

Thèses peu évidentes, défendues par ces chevaliers blancs de la bonne morale, de la bonne science, qui pour le cas de cette dernière, ressemble de plus en plus à des dogmes religieux. En effet, il est peu aisé de défendre le fait que si le ciel est bleu, c’est parce que des complotistes nous l’ont fait croire, car en réalité, il serait rouge. Cet exemple est volontairement exagéré, mais prenons du recul concernant tout ce qui nous est présenté comme vrai par la doxa mainstream, en ces temps d’épidémie meurtrière, justifiant le prix du sacrifice de nos libertés et droits fondamentaux.

Petit résumé du complotisme Covidesque

En résumé, on nous vend une épidémie, dont l’origine serait nos rapports trop intimes avec des pangolins. Ce « fléau » serait apparu dans une ville chinoise munie d’un tout récent laboratoire P4, fabricant, entre autre, des armes bactériologiques et travaillant sur des virus (Ah tient ! à Wuhan ?), ville ayant d’ailleurs, en avant première, généralisé le réseau 5G sur son territoire peu avant les faits (Ah tien ! Oui. Mais ils mangent du pangolin. Et puis ils sont chinois ! )..Mais le labo P4 à un tout léger lien avec la France, si ça vous intéresse de vous documenter sur le sujet…) .

Ensuite,  il y a eu contagion mondiale, pandémie. Il a fallu faire attention et écouter les autorités qui veillent à notre sécurité. En plein pic épidémique début mars, notre président protecteur montrait l’exemple, en allant au théâtre et en maintenant le premier tour des municipales. C’était plus prudent…Pour la LREM. Puis, changement de cap, injonction contradictoires, confinement. Choc pour tout le monde, de la à dire que ça viendrait d’une stratégie..Du choc…

Un classique, à voir absolument.


Et des gens meurent, on nous fait un morbide décompte tous les soirs…200, 300, 800 morts dans la journée écoulée…Morts du Corona, qui deviendra le, puis la covid19. Heureusement, la science progresse dans le même laps de temps et on arrive à vaincre la grippe saisonnière, qui ne fera que quelques dizaines de morts en 2020, au lieu des dizaines de milliers habituels. 
Les gens s’inquiètent, c’est une maladie inconnue, qu’on ne sait pas soigner. Les malades arrivent en masse dans les salles de réanimation. On indique aux autres de ne pas déranger les services de médecines, déjà bien occupés. Les autres maladies attendront. 
On soigne avec du repos et du doliprane, à domicile et si ça empire, on vient se faire intuber à l’hôpital. Pas de stock de masques et de matériel médical pour les soignants, on a « cost killé » l’hôpital public. On soigne en sac poubelle, sans masques et avec les moyens du bord. Plus assez de lits, on fait voyager les malades en TGV, d’une région saturée à une autre région moins saturée. 


C’est l’époque du masque inutile pour la population générale. C’est l’époque du choix entre les patients de moins de 70 ans qu’on soigne et ceux de plus de 70 ans qui ne sont plus prioritaires. Ceux des Ehpad tombent comme des mouches, on les soignent au Rivotril, on euthanasie à tour de bras…
Raoult, ancien membre du conseil scientifique, épidémiologiste internationalement reconnu, fait du logique. C’est un virus, on le soigne avec ce qu’on sait faire. Alors il fait, et ça fonctionne, en tout cas mieux que le repos et le doliprane. 
Mais c’est balo, puisque Agnes Buzyn, ministre de la santé démissionnaire pour aller se prendre une rouste aux municipales parisiennes, femme d’un certain Levy, président de l’Inserm, à fait placarder l’hydroxychloroquine comme substance vénéneuse le 15 janvier 2020. Avant cela, ce médicament était disponible en pharmacie sans ordonnance, comme du doliprane. 
Et puis, et puis…Il y a les conflits d’intérêts des médecins de plateaux, les lobbys pharmaceutiques fricotant avec le personnel politique. Karine Lacombe à du Remdesivir des laboratoires Gilead à vendre…La chloroquine ? C’est pas cher et ça ne rapporte plus rien depuis longtemps, le médicament étant utilisé depuis 70 ans contre le paludisme.  Alors on lynche Raoult et son traitement, jusqu’à ce que, suite à une étude du Lancet reconnue comme foireuse en quelques jours, nos élites au pouvoir décident d’interdire la prescription de ce médicament. 


La première vague se termine, elle a fait des morts, beaucoup de morts…On découvrira plus tard que l’âge moyen des décès fut de 84 ans, avec beaucoup de co-morbidité…Et puis il y a eu l’isolement des personnes âgées, le Rivotril dans les Ehpad…Et la grippe qui a quasiment disparu…Et puis les incitations financières à estampiller un malade, ou un ancien malade nouveau décédé comme Covideux ou mort du Covid. Combien de familles n’ont pas pu enterrer convenablement leurs proches mort d’autre chose que du Covid, parce que des médecins, ou des administrations hospitalières, ont préféré toucher la prime, que de respecter la dignité des défunts. (un mort Covid est contagieux, donc pas d’enterrement et fosse commune).

30000 morts en tout, combien du réellement au Covid ? 


On se déconfine, mais maintenant que le pouvoir à commandé des masques pour nous, ça serait gâché que de ne pas les rentabiliser. Alors, au courant de l’été, on nous invente des clusters et on impose peu à peu le port du masque partout, tout le temps. 


C’est la rentrée, on masque les élèves, les grands et bientôt les petits. Tout le monde avance masqué. Est-ce bon pour la santé des jeunes et des autres ?

Le personnel de l’éducation nationale est unanime, le port du masque de 6 à 19 ans toute la journée, ce n’est pas si grave, ni physiquement, ni psychologiquement. Eux, les enseignants, par exemple, le portent beaucoup moins que leurs élèves, ils peuvent faire des pauses pour respirer. Leurs élèves, eux, l’ont toute la journée, leur masque protecteur, en classe, à la récré, à l’internat…Tout juste leur accorde t-on de l’enlever pour manger. 

Le personnel de l’éducation nationale flippe, flippe pour son cul. Ils sont parfois des « personnes à risque », comprenez-vous ! Ils protègent les personnes âgés, ils sont tellement braves et c’est bien pour cela qu’ils scrutent tout manquement de leurs élèves à leurs obligations masquées…

Puis on reconfine, sauf pour aller travailler. On ferme tous les lieux de socialisation, de loisirs, mais pas les supermarchés et pas les écoles non-plus. On se masse dans les métros, les transports, les écoles, les grandes sufaces…Mais on ne prend plus prendre un verre en terrasse, on ne va plus voir un spectacle et on ne marche plus dans la rue, si ce n’est pas pour une utilité économique. Il faut faire attention, la police veille et t’amendera si tu as le malheur d’aller aux champignons ! On nous refait le coup du décompte des morts, mais beaucoup ne croient plus aux chiffres du pouvoir, relayés par les journalistes, médecins et « scientifiques » du mainstream…Ainsi que de leurs perroquets au sein de la population, cette minorité braillarde, toujours…

Rappelons nous, comme nous le rappellent parfois ces médecins nommés « rassuristes » par les apeurant du maintsream, que les gens, de tout temps, meurent. Ils meurent de tout et meurent régulièrement, puisque l’homme est mortel. Beaucoup de gens meurent à 84 ans, et beaucoup meurent aussi avant d’atteindre cet âge. La mort est triste pour les gens qui côtoyaient les personnes décédées en question. En France, chaque jour, bien avant le Covid, 1500 personnes meurent les mois d’hiver et 1700 les mois d’été, avec chaque année, un pic début novembre, faisant passer des mois chauds aux mois froids (ah tien ! ). Toute l’année, les réanimations française comptent 4500 à 5000 patients, indépendamment du Covid. Rappelons qu’en 2017, la grippe, virulente cette année là, a fait près de 15 000 morts. rappelons qu’avec la politique de réduction des dépenses dans le service public de santé, l’hôpital public est saturé chaque hiver, c’est bien ce pourquoi les soignants manifestent régulièrement depuis des années, et qu’ils se font gazer en conséquence, par la police française dont on vient d’interdire qu’on puisse filmer les exactions fréquentes.


Qu’est-ce qu’on nous raconte et qu’est-ce qui se passe réellement devant nos yeux ? Posez-vous la question. 


Vous le voyez, le vivez, le confinement sauf au travail. Vous ne pouvez sortir que pour travailler, c’est un fait, une évidence, c’est la réalité actuelle. Le couvre feu, mesure plus prise depuis la seconde guerre mondiale, c’est pareil, vous le vivez, le subissez. Le masque, à porter toute la journée, et même qu’on vous recommande de la porter chez vous…Jusqu’à ce qu’on vous y oblige ? (Ils n’ont pas encore les moyens matériels pour ça, mais avec la propagande pour la généralisation du traçage, ça pourrait arriver…), c’est bien pareil, voyez vos gueules. 


Les raisons de tout ceci, vous les voyez ? réellement ? Devant vos yeux ? Les dizaines de milliers de morts du Covid, vous êtes sûres qu’ils sont bien morts ? Qu’ils sont bien morts du Covid ? Les dizaines de milliers de tests positifs, de contamination, peut-on s’y fier ? Vous êtes certains que c’est réel, que les tests ne sont pas fallacieux ? Le mainstream vous dit que c’est vrai, nos gouvernants nous disent que c’est vrai, alors vous les croyez, vous avez confiance. Le mainstream et le gouvernement ne mentent jamais ! L’industrie pharmaceutique ne travaille que pour le bien des autres et non pour le profit de leurs sociétés commerciales, c’est bien connu ! 
Et aujourd’hui, le message unanime, c’est que la seule échappatoire à tout ceci, est le vaccin. Le vaccin préparé à la va vite, le vaccin ARN, nouvelle technologie sur laquelle on a aucun recul…2020 aura été l’année du masque, 2021 sera celle du vaccin…Que va t-on nous préparer ensuite…

https://lepetitcollaborateur.fr/2020/11/14/dou-vient-la-mefiance-des-francais-envers-les-vaccins-le-monde-nous-explique-enfin/


Ne pas leur faire confiance, à Big Pharma, aux gouvernements, au mainstream relayant leur messages, avoir des doutes, quand tous ceux-ci nous privent de nos libertés et droits fondamentaux, c’est du complotisme, comme de bien entendu cher Rudy Reichstadt de chez Conspiracy Watch.
Thèses peu évidentes qui ne peuvent qu’être massivement suivies par le concours d’un matraquage systématique sur tous les portes voix et portes vus à destination des badauds lambdas, déjà conditionnés de longue date à ne voir leur vérité, qu’à travers celle du prisme du pouvoir bourgeois. 

Alors oui, vous les croyez, mais pour toujours ? Quelles sont les prochaines libertés qu’il vous reste encore, dont ils vont vous priver ? Pour quelles raisons ? 


Qui vivra verra, mais si déjà vous devez vivre, essayez de le faire dignement et de ne pas faire subir votre conformisme et votre volonté de fermer les yeux pour ne surtout pas voir, aux personnes sous votre responsabilité morale, les plus fragiles, que soient nos jeunes et nos vieux.

(Cette phrase pourrait convenir aux complotistes et aux anti-complotistes).

Faites vous vos propres opinions, mais en ces temps d’urgence, pour moi plus politique que sanitaire, faites le vite. 


On a tous des confiances, des croyances, mais aujourd’hui, à la vue de la gravité de la situation, il est grand temps de se renseigner, de vérifier. Ceci est de notre responsabilité personnelle à tous…A moins qu’on soit des enfants, ou des irresponsables. 

Heureusement, les voix unanimes des anti-complotistes sont de moins en moins crédibles au yeux de plus en plus de monde …

Attestation de non-renoncement aux soins- de non renoncement à sa liberté- de non-renoncement à ses droits de citoyen-

À la Une

J’ai eu la surprise de tomber sur cette attestation nausée abonde sur les réseaux sociaux. (La première.

Je me suis donc permis de la remanier quelque peu (la deuxième).

C’est quand même quelque chose, le fascisme !

Définition :

Doctrine ou système politique tendant à instaurer dans un État un régime totalitaire

Qu’en ont dit certains « grands penseurs »…

« Le fascisme, ce n’est pas d’empêcher quelqu’un de dire, c’est d’obliger à dire » Roland Barthes

« Toute forme de mépris, si elle intervient en politique, prépare ou instaure le fascisme ». A Camus.

Actuellement, en ces temps troublés de pandémie, de terrorisme, de pandémie doublée de terrorisme, de stratégie de choc en veux tu en voilà (cf vidéo ci-dessous) … Il semble bien que nos maîtres aient à l’esprit de nous noyer dans un océan de peur, ou nous chercherions pour ne pas couler, à nous raccrocher à nos congénères tous aussi effrayés que nous, quitte à les faire couler à notre place. N’en disons pas plus, le « diviser pour mieux régner », ou encore, « le règne par la peur » sont aujourd’hui des concepts de domination dont nous usons et abusons dans nos vies d’exploitation quotidiennes.

Il se trouve que bien souvent, les personnes cherchant à imposer leurs morales, leurs valeurs, leurs éthiques aux autres, se trouvent être habitué à évoluer dans une cert&aine culture dominante au sein d’un groupe donné.

Prenons garde aux simplifications hâtives, la culture dominante ne veux pas toujours dire, même quasiment jamais, la culture du plus grand nombre. Non, la culture dominante, c’est la celle véhiculée par un groupe social au pouvoir, le plus souvent. De ces morales, ces cultures, sont édictées des valeurs, qui pour bon nombre d’entre elles, s’érigent en règles, en lois.

De là, il arrive facilement que des gens issus, ou véhiculant cette culture dominante, celle qui est soutenue par la coercition légitime au pouvoir, s’érigent en champion de la défense de l’ordre établit. C’est ainsi que l’on en vient à des dénonciations auprès des instances, de la part de ceux qui se sentent légitimes et légitimés par le seul ordre, la seule règle, la seule morale qui vaille.

Dans les bas fonds de ces remous de la pensée fasciste, on trouve le genre de document, comme cette attestation de renoncement aux soins, que je diffuse ici.

Cette attestation me dit, si tu veux avoir une autre opinion que celle de l’ordre établit, ai le courage de tes opinions et renonce aux bienfaits que pourrait t’apporter cet ordre. Ecris ton nom, ton adresse, fiche toi comme un banni du système et puis finalement, tu n’auras qu’à t’en aller, puisque notre seul système qui vaille, semble t’insupporter.

Pourquoi pas, finalement…Lorsque je n’aime pas quelqu’un, que je n’aime pas les règles de sa maison, je ne viens pas chez lui…

Mais cette maison ou je suis né, tout comme lui, est-ce bien chez lui ? N’est-ce pas chez nous ?

Sur quoi se base t-on pour imposer sa morale sociale à tous ?

Sur l’accord du plus grand nombre ?

Sur l’accord d’une minorité quoi s’accroche à son pouvoir ?

Au sein du pouvoir socio-culturel bourgeois, vecteur des dogmes néolibéraux dans la France actuelle, la caste des dirigeants et de leurs perroquet semble se leurrer dans une conscience d’être tous, puisque ne vivant qu’entre-eux.

C’est une erreur, de plus en plus visible. Ce pouvoir a imposé historiquement une vision du pouvoir se faisant par l’accord du plus grand nombre. Cette vision imposée, à raison pour les intérêts d’une minorité, n’a jamais été matérialisée dans les faits, cependant, elle a été imposée dans les esprits. Lorsque les esprits prendront pleine conscience de cette duperie, ils mettront clairement en cause la légitimité de ce pouvoir sur eux.

En revanche, le sentiment de toute puissance d’une minorité de bourgeois et de leurs suiveurs invétérés, lui se matérialise très vivement et encore plus en ces période de fin de régime, ou les bases des velléités de totalitarisme latentes, s’expriment bien plus clairement, vivement et publiquement. Cela se concrétise, notamment, par la diffusion de ces attestations de renoncement aux soins, immensément honteuses pour ceux qui les diffusent.

Je me suis permis de reprendre cette attestation et de la remanier à mon gout.

Cette société n’est pas la leur, le monde n’est pas à eux, ils finiront par le savoir et nous finirons par le savoir aussi.

Stigmatisation sociale : Enseignants VS Musulmans.

À la Une

Au sein du merveilleux principe de pouvoir consistant à diviser pour mieux régner, la tendance actuelle impulsée par nos maîtres, tend au pugilat socio-culturel entre deux types de population, que tout rassemble, autant que tout oppose : les Musulmans et les Professeurs.

Certains sont les deux à la fois…Sale période pour eux.

Analysons ces deux corps sociaux séparément, et leur rapport à la stigmatisation et l’auto stigmatisation.

Les enseignants sont une partie de la population ayant une forte propension à l’auto-stigmatisation sociale et culturelle. Irresponsables, incurables et dangereux pour certains, cette partie de la population a pour spécificité de représenter le pouvoir (éducatif) auprès du tout venant social. Elle a tendance à pointer à qui est mineur et obligé de l’entendre, que ses stigmates sont les seuls qui puissent avoir le privilège de l’expression libre…

Disons qu’on ne peut plus parler du même type d’auto stigmatisations (du au contexte social) que celles que s’infligent elles-mêmes, des populations musulmanes dont la couleur de peau, la religion, ou même le lieu de résidence, rend moins facile certains accès à certains aspects basiques de la vie sociale, comme trouver un logement, du travail et ne pas se faire traiter comme des parias à longueur de discours médiatico-politiques. Irresponsables, incurables et dangereux pour certains, les tribunes de leurs agents stigmatisant, ont bien plus pignon sur rue, que celles s’appliquant au groupe de population des enseignants.

Cette différence s’explique très facilement par la place qu’occupent ces deux corps socio-culturels, au sein de la société française actuelle.

Heureusement, en ce sens, les choses évoluent.

Dans un certain crépitement de fin de régime, les tenants de nos coercitions légitimes tentent une fois de plus de diviser les uns et les autres, histoire d’occuper la populace à ne pas situer d’où vient le problème de stigmatisation et leur propension à s’y conforter dans une sorte de refuge socio-culturel.

Tout ceci est un réflexion sur le global.

Evidemment, tous les musulmans ne sont, heureusement, pas honteux d’être musulmans parce qu’un taré à coupé la tête d’un enseignant, au nom de l’interprétation d’une croyance que peut faire un taré (qui n’aurait certainement pas manqué de couper la tête de quelqu’un d’autre, pour toute autre raison, si son chemin de vie de taré à l’air libre était allé au delà).

Evidemment, tous les enseignants ne sont pas de gros collabos soutenant un régime fasciste dont la tendance sociale actuelle, est la stigmatisation de certains groupe de population auprès de ses « citoyens perroquets » les plus zélés à diffuser leur propagande (« je stigmatise les uns d’une main, je prive de liberté, de droits et de dignité les uns et les autres »).

Certains musulmans, comme certains enseignants, peuvent avoir une fâcheuse tendance à penser que leurs croyances religieuses, sont les seules qui vaillent…

C’est dommage de vouloir imposer sa morale aux autres…

Je trouve opportun qu’il y ai des règles communes, mais quand on parle d’avis et de croyance, il serait, selon moi, préférable, que chacun puisse s’exprimer et ne pas empêcher ceux d’autres croyances, ou d’autres avis, de le faire (dans le cadre d’une certaine bienséance, bienséance dont il serait opportun de retirer le fait de couper des têtes, ou encore de diffuser des images de prophète avec une étoile dans le cul en classe, à des élèves de 4e, en considérant, évidemment, que la deuxième proposition, ne justifie en rien la première).

J’ai également l’impression que pour arriver à cela, il faudrait que les tenants du régime politique en place actuellement en France, ne soient pas eux mêmes, des sortes de fanatiques religieux, imposant leurs dogmes et les croyances de leur caste à l’ensemble de la population (et qu’on arrête de nous raconter que les gens les ont choisi, pure foutaise).. Cela me fait l’effet d’une république islamique ou le Coran est la loi…(le tout sans dire que le Coran est une religion et en interdisant de le dire, histoire de retirer les possibilités de définition de terme aux sujets du régime, dans le but qu’il ne puissent pas matérialiser ce qu’ils subissent et empêche ainsi, toute possibilité de prise de conscience de qui fait quoi, dans quel but).   

La question du « a qui profite le crime », est naturellement, dans ce cas, comme dans bien d’autres, à se poser.

Les musulmans, dans leur ensemble, en tant que communauté, ont-ils intérêt à ce que les professeurs aient peur de se faire couper la tête par eux, en cas de mot de travers ou de diffusion de dessins tout pourris ?

Les enseignants ont-ils ont-ils intérêts à se mettre à dos en les stigmatisant pour leurs croyances, culture, une bonne partie de leur public auquel il rendent leur service d’enseignement ?

Alors pourquoi œuvrer dans des considérations qui ne sont ni intéressantes pour les uns, ni pour les autres ?

Qu’est-ce qui nous pousse à faire des choses qui nous nuise ?

Qui pourrait y avoir un intérêt ?

Chacun répondra, ou non, à ces questionnements comme il le souhaite.

Deux poids, deux mesures et tête coupée…

À la Une

Tien, un prof s’est fait couper la tête…
Et la queue ?
Et la tête !
Alouette !


Retraçons l’origine du mal :


Un prof en collège de banlieue parisienne, décide de faire un cours sur la liberté d’expression…Ce n’est peut-être pas le premier. Pourquoi pas, un bon sujet à traiter avec des élèves de collège.
En ces temps de procès suite aux attentats à Charlie Hebdo de 2015 (le temps de la « justice »), ont resurgi les « je suis Charlie » qu’on croyait définitivement enterrés des modes de matraquage de la presse mainstream, souvent relayées de manière très orthodoxes par nos chers enseignants, auprès de leurs élèves.


Ce Monsieur Samuel Paty, n’a donc certainement pas manqué de jouer son rôle social, en apportant sa pierre à l’édifice de la liberté d’expression des blancs bourgeois, visiblement en légitimité exclusive au sein des propagandes éducatives françaises.


Au final, voilà un crime spectaculaire. Un enseignant faisant de la provocation sociale et culturelle (on détaillera plus loin) se faisant décapiter par un taré. Rien ne justifie qu’on se fasse couper la tête, une évidence.


Ce qui m’intéresse ici, ce n’est pas le crime en lui même, mais les réactions qu’il provoque. Ce sont aussi ces origines probables, non pas celles amenant un taré à commettre un acte qu’il n’aurait certainement pas manqué de commettre sur d’autres, pour de toutes autres raisons, mais les origines d’un malaise social et culturel, terreau de ce crime exécuté par un taré qui n’est que la surface visible de l’iceberg.

Il conviendra donc d’évoquer plusieurs notions :


– la liberté d’expression

– le rôle social et culturel des enseignants

– le malaise social et culturel de la population musulmane en France

– les réactions suite au crime et les volontés d’orientations médiatico-politiques qui s’en suivent

Les caricatures incriminées…Est-ce vraiment intéressant ?


Non, elle sont toutes plus nulles et moins drôles les unes que les autres.
Faut-il les interdire ?
Non. Drôles ou pas drôles, de qualité ou non.


Est-ce vraiment opportun de diffuser auprès d’élèves de 4e, un dessin de Mahomet avec une étoiles dans les fesses, lorsqu’on est professeur dans l’exercice des ses fonctions ?


Je ne pense pas et ce n’est pas pour moi une question de religion, ou de blasphème religieux, mais plus une question de bon sens éducatif.

Constater ceci me laisserai tendre à penser que le professeur en question fait passer ses convictions politiques personnelles, prioritairement aux vertus éducatives de son enseignement.

Ainsi, je comprends bien que des parents se soient plaint du cours du professeurs, et que quelques-uns des plus coincés du cul d’entre eux, aient appelé à manifester, ou à se plaindre collectivement auprès de la hiérarchie de l’enseignant, sur son enseignement. Non, les vilains musulmans n’ont pas demandé à ce que soit tué le professeur, il se trouve simplement qu’un taré est passé par ce contexte local de conflit parents/professeur, ou parents/établissement et qu’il n’a pas trouvé mieux que de venir couper la tête à ce Monsieur Paty


Les réactions suite à l’acte :


Evidemment, suite à cette voie de fait (rappelons qu’en France, il y a plusieurs assassinats par jours, et il doit y avoir plusieurs têtes coupées par an…), les réactions n »ont pas manqué de se faire entendre.
Il ne s’agit pas de se cacher derrière son petit doigt non-plus, ce crime a bien été commis par un musulman (jeune et taré), au nom de la défense de l’image du prophète Mahomet contre un impie l’ayant profané…Il s’agit donc d’un crime commis au nom de la religion musulmane, c’est très clair.
Nos chers islamophobes plus ou moins dormants, n’ont donc pas manqué cette bonne occasion pour se manifester. Lorsqu’un taré tue au nom de l’islam, c’est naturellement l’islam qui veut tuer tous les blancs bourgeois défendant leur liberté d’expression blanc bourgeoise, contre le vilain islam qui n’aime pas les dessins pourris de Charlie Hebdo…


Pire du pire, les courageux professeurs, se sentant d’un coups des défenseurs de leur liberté d’expression et des champions antifascistes, liberté d’expression qu’ils bafouent quotidiennement concernant tout ce qui sort de leur doxa socio-culturelle bourgeoise, et fascisme pour lequel ils sont les agents collaborationnistes en muselant quotidiennement leurs élèves avec leur masque magique, ainsi qu’avec la propagande sanitaire et sécuritaire qu’ils relaient, diffusent et défendent.


Rien, d’étonnant à ce que les professeurs aient une réaction coporatrice, rien d’étonnant non plus à ce qu’ils se sentent concernés par le meurtre de leur collègue. On est naturellement plus concerné par les choses qui nous concernent, et plus elles nous concernent directement, plus elles nous font réagir. Les professeurs, comme bien d’autres, ne réagiront donc pas trop à tous les meurtres ne concernant pas des professeurs et à toute atteinte à la morale qui ne sera pas celle de leur classe sociale.


Les professeurs, puisque c’est leur mode d’expression habituel et exclusif, n’ont donc pas manqué de se rassembler pour manifester leur soutien à leur confrère décédé.


Tien ? On a le droit de manifester pas les temps qui courent…Visiblement, pour ce coup ci, les professeurs en ont eu le droit…Et ne se sont pas fait taper dessus par les CRS….

Un des problèmes soulevé par cette affaire de l’homme à la tête coupée, réside dans le fait que les professeurs ont tendance à diffuser leurs avis, leur morale, de leur position de professeur de la république, « élite intellectuelle de la nation » (du moins, semblent-ils souvent le penser).

Ils diffusent leurs avis de classe en classe, comme étant les avis et les morales communes, ce qui est loin d’être le cas. Leur enseignement est obligatoire, l’adhésion à leur morale n’est pas encore unanime. De ce phénomène, vient naturellement un sentiment d’arrogance subie par des groupes de population ne se sentant pas solidaire de cette morale diffusée obligatoirement et parfois avec beaucoup d’aplomb, à leurs enfants.

Deux poids, deux mesures :


Si réelle liberté d’expression, on devrait pouvoir cracher sur tout le monde, toutes les coutumes, croyances, religions…Or, ce n’est pas du tout le cas en France et visiblement, il y en a que ça énerve.
A l’éducation nationale, les professeurs se font souvent les ayatollah de la culture dominante, celle qui donne le droit de cracher sur tels ou tels, plutôt que tels ou tels.
Pour allumer la mèche de la violence aveugle, il aura suffit qu’un adepte orthodoxe du fameux « je suis Charlie », applique ses dogmes de manière rigoriste devant un public visiblement pas encore prêt à faire la transition vers la pensée unique du « meilleur des mondes ».
Ce monsieur Paty, semblait donc ne pas avoir assez la tête sur les épaules, pour adapter ses croyances au contexte ambiant. Le contexte ambiant se serait donc chargé de joindre le geste à sa parole, de quoi lui remettre un peu plus les pieds sur terre, malheureusement en lui faisant perdre la tête dans l’opération, ce qui est, dans tous les cas et avec toutes explications du monde, déplorable.
  


Il me semble nécessaire de redéfinir la portée religieuse de croyances étatiques relayées massivement par ses fonctionnaires, notamment au sein de l’éducation nationale.

Ceci me donne l’effet d’une famille arrivée dans un pays étranger, et obligée de scolarisée son enfant, puisque scolarité obligatoire dans ce pays, comme chez nous, dans une école coranique. La famille ne souhaite pas adhérer aux valeurs de l’islam, mais est obligée dans ce pays, de scolariser ses enfants dans une école coranique. C’est évident qu’il y a quelque chose qui n’ira pas, pour école, pour la famille…
A l’éducation nationale, c’est un peu pareil…Il y a des personnes n’adhérant pas forcément aux valeurs de la religion de l’état nation macronien, issues de l’état nation blanc bourgeois…Ces familles sont obligées d’inscrire leur gosse, encore plus depuis les lois récentes restreignant fortement l’école à domicile, dans des écoles de la religion « laïque française ». Ce qui est particulier, dans ce cas, réside dans le fait que cette religion interdit de la définir comme telle, ce qui a tendance à la faire considérer comme faisant partie des lois naturelles, ce qui la rend encore plus intégriste que les autres religions. (ces adeptes ne matérialisant pas le fait d’être croyant en une religion, mais se fourvoyant dans une sorte de science infuse, ainsi très naturellement diffuse…) 


Pour conclure…


En résumé, il s’agit ici d’un meurtre, dont il convient de ne pas nier une portée religieuse flagrante (religion musulmanne VS religion blanc bourgeoise). Il convient de rappeler que ce meurtre, n’est que l’acte d’un fou isolé, et non d’un terrorisme islamique généralisé en France. Il convient de contextualiser l’état de la liberté d’expression en France en général et dans l’éducation nationale en particulier, ou les valeurs, codes, normes, éthiques de la bourgeoisie sociale, semblent être les seuls à avoir droit de citer. Il convient de rappeler que les professeurs diffusent quotidiennement cette propagande sociale culturelle à un public, « tout venant social », n’y adhérant pas forcément et se sentant parfois stigmatisé, par des enseignants faisant du zèle auprès de leurs enfants à l’école. 


Je ne cautionne en rien, que quiconque se fasse couper la tête, qu’importe la raison. 


Je ne cautionne pas plus le fascisme diffusé par quelconque groupe de croyant, se permettant de tuer quiconque ne croit pas, ou n’agit pas dans la bonne orthodoxie comportementale prônée par cette croyance. 


Je suis pour une liberté d’expression réelle et non propriété exclusive de certains groupes de population.