D’où vient la méfiance des français envers les vaccins ? Le Monde nous explique enfin !

Que me suis-je pas crée comme nouvelle occupation des plus chronophage, qu’en me lançant dans l’analyse de la presse mainstream concernant les politiques sanitaires actuelles. Les sujets abordés dans ces différents articles à paraitre, traiteront du Covid, notre star du moment, mais également des vaccins, nos stars de demain et nos stars pour toujours, au même titre que les nouvelles épidémies qui ne manqueront pas de s’annoncer à nous, pauvres mortels !

Comme c’est mon journal favori, mon petit chouchou de la presse, je me suis naturellement résolu à me pencher sur « Le Monde »…Au départ un vertige m’a pris ( trop penché, certainement la peur du vide…)

Croyez moi ou pas, rien que sur la page Facebook du journal, sur la période allant du 10 novembre au 14 novembre 2020, je suis tombé sur pas moins de 62 articles consacrés de près ou de loin au Covid (sur 208 articles parus sur la page sur cette période, ce qui fait près de 30% des articles publiés sur cette période, qui ont traité du sujet du COVID…Pas si étonnant que ça, vu le contexte…Il en restait un peu pour la fausse élection de Biden, le conflit en Arménie et quelques conneries habituelles).

Je me dis que ça va être long de faire une analyse globale (que je vais quand même essayer de faire, mais ça prendra du temps). Du coup, décidé à pondre mon œuf avant la fin de la journée, je prends l’article traitant du Covid le plus récent afin de l’analyser. Je ne sais pas si c’est la chance du débutant, ou si tous les articles du Monde traitent du Covid de cette manière, mais je vous avoue m’être régalé à la lecture de l’article analysé ci-dessous. En réalité, ce n’est pas vraiment un article, mais un jeu de question/réponse entre les lecteurs du monde et un spécialiste de la question historique concernant les vaccins…

Je me suis ainsi, engagé dans une analyse commentée de ces questions/réponses et il y avait tellement de grain à moudre, que j’en ai laissé un peu de côté pour un prochain quatre heure…

Voici l’article en question, lisez le et faites vous en une idée par vous-même :

https://www.lemonde.fr/planete/live/2020/11/13/covid-19-d-ou-vient-la-mefiance-des-francais-envers-les-vaccins-posez-vos-questions_6059646_3244.html?utm_medium=Social&utm_source=Facebook&fbclid=IwAR0Er7D3Qxyky5NHqR7hnhfbK7pBLltIvdIKK5OVvqpx7GNgv31z5w3–3Q#Echobox=1605279909

Si mon avis vous intéresse, ça commence ici (en bleu c’est moi, en noir c’est l’article du monde, le rédacteur, le spécialiste et les intervenants.

Et c’est parti ! :

Petite note de la rédaction à l’attention du journal Le Monde : « ce que je dis est orienté par mes avis, je ne dis pas, contrairement à certaines de vos affirmations que j’ai pu voir, de ci de là dans certains de vos articles, dont celui-ci, ce qui est Vrai, ou ce qui est Faux. Je dis ce que j’en pense sur les sujets dont je traite.

Laissons Le Monde nous présenter son article :
« Laurent-Henri Vignaud, historien spécialiste des mouvements « antivax », a répondu à vos questions en direct.  « 


Les faits : 

« C’est une attente interminable pour certains, mais un nouveau motif d’angoisse pour d’autres : l’arrivée prochaine d’un vaccin contre le Covid-19 réactive en France le débat autour de la vaccination. Quelle serait la dangerosité d’un vaccin mis au point dans un laps de temps aussi court (plusieurs mois contre une dizaine d’années habituellement) ? A qui devrait-il être administré en priorité ? Faudra-t-il le rendre obligatoire ?  Autant d’interrogations qui réveillent la méfiance envers les vaccins, particulièrement prégnante en France. » (public cible de l »article)

« Comment expliquer le scepticisme ambiant envers un vaccin contre le Covid-19, qui a déjà tué plus de 42 000 personnes en France ? »  Tiens ? Ils en sont à 42 000 morts du Covid en France, au journal le Monde? Ils ont 10 000 morts d’avance sur les 32000 que j’avais en mémoire…10 000 morts en plus ces jours derniers peut-être, après tout, c’est la seconde vague, on parle déjà d’une troisième…On notera que le Monde ne parle pas d’un simple scepticisme envers un vaccin contre le Covid19, mais bien d’un scepticisme envers un vaccin contre le Covid19, QUI a déjà tué plus de 42000 personnes en France. On induit donc dans l’inconscient du lecteur, le vaccin, comme une possible résolution du problème Covid19. On induit également la responsabilité du sceptique quant-à sa septicité sur une telle solution pouvant résoudre notre problème faisant plus de 42 000 morts. 
 « d’où vient cette particularité hexagonale en matière de vaccins ? Y a-t-il des raisons objectives à ce scepticisme ? »


Je suis donc curieux d’avoir des éléments de réponses à ces questions et également de connaître le point de vue du Monde, journal financé de manière importante par la fondation Bill et Melinda Gates, très impliqué dans la politique vaccinale mondiale et dans certaines grandes entreprises vendant des vaccins. Me voilà appâté, en avant vers les réponses de  Laurent-Henri Vignaud, historien des sciences à l’université de Bourgogne, et coauteur avec Françoise Salvadori d’Antivax. La résistance aux vaccins du XVIIIe siècle à nos jours à nos questionnements. Visiblement, cet universitaire semble documenté sur la question de « la résistance aux vaccins », ainsi que sur les évolutions historiques de celle-ci. Le sujet des questions et des réponses portera, à n’en point douter, sur les « antivax ». Notons que nous ne connaissons pas la manière dont Le Monde, ou même ce Mr Laurent Henri (prénom d’origine sociale ouvrière, comme la plupart des universitaires, certainement..)..Vignaud, sélectionnent les questions posées dans l’article…

Première question des lecteurs :


Cessons de tergiverser et analysons la première question, la plus visible donc, d’un certain Jules. Ce dernier se présente de cette manière :
« En tant que jeune de 24 ans et fils de scientifique »…En voilà un qui n’a pas peur de contextualiser sa question en rapport avec sa condition sociale et c’est tout à son honneur, puisque cela nous permet à nous aussi de contextualiser le pourquoi de sa question, en prenant en compte sa volonté de représentation de celle-ci, au travers de son microcosme social. Jules s’annonce donc lui même comme un représentant social de la jeunesse, issue d’une certaine bourgeoisie (les scientifiques évoluent rarement (malheureusement) parmi les classes populaires). Il annonce également évoluer dans un univers social en rapport avec les sciences (peut-être certaines discussions sur les nano particules, ou les transhumanisme aux repas de famille ? …Je suis mauvaise langue..)
Jules questionne donc ainsi : « je remarque qu’autour de moi, mes amis et les autres jeunes que je côtoie affichent un scepticisme quasi pavlovien, comme si cette défiance s’était à ce point généralisée qu’il était devenu presque inconcevable de ne pas associer des risques démesurés aux vaccins. Les vaccinosceptiques sont-ils surtout des jeunes ? »
Décidément, lorsque Jules, fils de scientifique, âgé de 24 ans pose une question à Laurent Henri, historien des sciences, ça fait des étincelles ! Je remercie tout d’abord Jules, de m’avoir laissé l’occasion de me réapproprier le terme de « pavlovien », en allant me rassurer sur la bonne définition du concept en allant fouiller sur le net. Un peu de culture ne fait pas de mal, comme dirait l’autre…! Jules nous partage donc ici, sa vive inquiétude au sujet de nombre de jeunes de son entourage, semblant très conditionnés à associer les vaccins, aux risques « démesurés » qu’ils feraient courir aux personnes s’en faisant injecter. Cette inquiétude qu’il manifeste est même l’essentiel de sa question, qui de ce fait, est essentiellement l’étalage d’une inquiétude au sujet des vaccino-septiques et non une question en soi. Jules termine tout de même sa question, par une question aux allures accessoire :
Les vaccino-sceptiques sont-ils surtout des jeunes ? »

Pourvu que Laurent Henri réponde que oui, ce qui protégerai sensiblement les autres générations de ce fléau de scepticisme annoncé !  
Mais malheureusement….

..« Les études sur la sociologie des antivax (modéré ou radicaux) sont encore en cours. Il est très difficile de dresser un portrait-robot de l’antivax-type, d’autant que je redis qu’il n’y a pas un mouvement mais plusieurs et des degrés d’implication très divers dans ces différents courants d’opinion. »
Noooooonnnn ! C’est terrible ! Comment pouvoir se rassurer avec un tel discours ! Les sceptiques aux vaccins pourraient donc être potentiellement partout et intraçables, au moins jusqu’à ce que les « scientifiques » arrivent à nous dresser un portrait robot de  « l’antivax-type ». Il y a de quoi angoisser, paniquer…Quelle inquiétude qui ne va qu’en croissant suite à cette réponse dont on espérait tant de précisions permettant de situer le mal ! A quoi s’attendre comment les repérer, ces sceptiques, avant qu’ils sèment leur venin de doute et de questionnements…Ont-ils les oreilles décollées, les dents courtes, un strabisme invergeant, ou une propension peu commune à l’apopathohpobie (Jules doit connaître le terme, mais allons plutôt nous renseigner sur le site de Laurent Alexandre

https://www.doctissimo.fr/psychologie/phobies/apopathophobie-peur-de-faire-caca

Laurent Henri rajoute tout de même un élément d’explication... »mais l’influence des réseaux sociaux pourrait jouer un rôle encore à définir. » 
Ah, ces gens qui parlent entre-eux et publient des infos non-vérifiées par les fact checker du Monde, notre problème pourrait bien venir de là… Laurent henri nous fait déjà un petit teaser en nous expliquant qu’il reviendra plus tard sur la question…On a hâte ! 

Deuxième question des lecteurs :


Abordons maintenant la deuxième question, plus nuancée, si j’ose dire, puisque posée par une certaine Nuance (un pseudo bien trouvé…). Cette personne est mère de famille et souhaite ne pas opposer pro et anti-vax : « 

« est-il possible de nuancer les discours et d’éviter une opposition binaire entre les provax / antivax ? Personnellement, je reconnais l’importance des vaccins et je n’aurais pas imaginé ne pas faire vacciner mes enfants contre certaines maladies graves. Mais certaines choses me dérangent, comme par exemple les vaccins « 5 en 1″ pour les très jeunes enfants. Ces doses comportent des vaccins obligatoires et des vaccins non obligatoires. Le problème est que l’on ne trouve plus en pharmacie les vaccins obligatoires seuls ! On est donc obligés de faire faire à son enfant des vaccins non obligatoires, même si on ne le souhaite pas. » 

Ici, Nuance précise qu’elle ne remet pas en question le bien fondé de certains vaccins, mais déplore le fait qu’actuellement, il lui serait impossible de faire vacciner ses enfants, qu’avec les vaccins qu’elle souhaite leur faire administrer. Elle dénonce une sorte d’obligation tacite de vaccins non choisis, non souhaités et, normalement ,selon elle, non obligatoire. 
Le Monde, par l’intermédiaire de « Nuance », introduit ici la notion de vaccin non souhaités par les parents, administrés de fait, à leurs enfants.. Cela induit selon moi, à la notion de vaccins obligatoires et de nouveaux vaccins obligatoires (n’y aurait-il pas un nouveau vaccin contre le Covid qui pointerait le bout de sa seringue ?).Nuance termine son propos par ceci :

 » On peut être « provax » et se questionner ce qui ressemble tout de même à des manoeuvres commerciales des labos pharmaceutiques. »

De la nuance, de la nuance…Au Monde, on se doit de faire la promotion de la liberté d’expression et de la liberté d’être critique envers des positionnements politiques, des prises de décision gouvernementales (notamment en matière de santé)…Oui, on peut être critique, au Monde, mais dans un paradigme « acceptable », il ne faudrait tout de même pas trop fâcher les financeur du journal..On peut se questionner et être critique, en étant provax…Là, c’est possible, voilà donc ou se situerai la nuance…C’est du moins ce que je comprends dans le fond de ce dialogue, mais je dois certainement être trop taquin et voir le mal partout.
Laurent Henri s’empresse de confirmer 
:

« Ces interrogations sont légitimes. Chaque citoyen peut questionner la politique de son pays, y compris la politique vaccinale. Cela ne relèverait au fond que de l’opinion libre de chacune et chacun « Liberté, Ô liberté chérie, sauf..« si les vaccins n’avaient pas une dimension de responsabilité collective forte. Ainsi, il ne s’agit pas d’un simple choix personnel, c’est un choix qui engage aussi les autres. C’est là toute la difficulté du débat ».La liberté des uns ne s’arrêterait-elle pas ou commencerait celle des autres ? Hein ! Ah ben oui, le vaccin relève « d’une dimension collective forte », on ne fait donc pas ce qu’on veut, on ne décide pas pour ses enfants Madame ! « Le vaccin est le seul médicament que l’Etat peut vous forcer à prendre par une loi ! » (avec un beau point d’exclamation !) « Cela heurte nos principes individualistes et démocratiques, c’est pourquoi ils font tant parler, parfois à tort, parfois à raison. « Ben voilà ! Parlons-en ! Faisons de la « pédagogie » ! Le résultat sera le même, puisque le pouvoir bourgeois t’obligera comme bon lui semble à prendre tel ou tel vaccin, mais si il te l’explique bien par l’intermédiaire du Monde, de Laurent Henri et des questions bien choisies pour bien t’expliquer, tu finiras par comprendre, hein Nuance !  Mettons donc un peu de côté nos petits individualismes au profit du collectif (au profit de ???) et mettons en avant la démocratie, puisqu’on prend la peine de nous parler en nous expliquant bien ce qu’on est obligé de faire. 

Troisième question des lecteurs :


C’est au tour de Topitopa (on dirait une marque de chips) de (nous ?) poser une question :
 « Le discours anti-vaccin n’est-il pas aussi lié à une vision un peu déformée de la fréquence des effets secondaires graves ? »
Ah ben oui ça…La vision déformée qu’ils peuvent avoir les gens quand même…Bon, il n’est pas oculiste, mais il va quand même nous aider à reformer notre vision Laurent Henri ! 
 » En général, dans le vaccino-scepticisme ordinaire, on trouve une minimisation du danger épidémique et une maximisation du risque vaccinal. C’est le point de basculement dans l’antivaccinisme qui peut être plus ou moins radical. »

Commençons par souligner ces nouveaux termes très intéressants et fort agréables en bouche de « l’anitvaccinisme » et du « vaccino scepticisme »…  Comme la question ressemble plus à une affirmation qu’à une question, Laurent Henri ne fait que valider la proposition faite.  Il ajoute qu’il y a des degrés dans l’hérésie vaccinale (moi aussi je peux inventer des termes !). Mais Laurent Henri nous laisse une ouverture : » Cependant, en fonction de la situation de telle maladie et de tel vaccin, ce raisonnement peut se justifier. A la fin des années 1970, lorsque la variole était quasiment éradiquée à l’échelle mondiale, que la dernière épidémie (limitée) datait de 1954-1955, quel avantage avait-on de garder le vaccin antivariolique qui provoque quelques effets secondaires graves ? A ce moment-là, parce que la maladie avait disparu, il devenait plus raisonnable de cesser de vacciner ! Vous voyez donc que la fameuse balance bénéfices/risques n’est pas un invariant historique, il faut la réévaluer régulièrement si l’on veut qu’elle reste pertinente. » 

Lui et le Monde qui publie l’article, admettent tout de même  que tout vaccin n’est pas bon à prendre. Par exemple, il n’est pas souhaitable de se faire vacciner pour une maladie qui n ‘existe pas, ou plus (à moins de se donner la peine de l’inventer, ou de la mettre à disposition du grand public, si possibilité de bénéfices futurs ?)…Je suis curieux de savoir comment Le Monde, tout affublé de ses financeurs et de leurs conflits d’intérêts vaccinaux, vont nous présenter cette fameuse balance bénéfice/risque lorsque le vaccin anti-covid arrivera. Nous présenteront-il ce vaccin constitué en quelques mois, alors que d’habitude il faut au moins une dizaine d’années, comme opportun obligatoirement pour tous, concernant une maladie essentiellement mortelle, ou dangereuse pour des personnes de plus de 80 ans en moyenne ? L’avenir le dira et ce que je dis toujours, c’est qu’en cas de doute sur les vaccins, mieux vaut faire ce que dit Le Monde ! Et puis si c’est obligatoire, mieux vaut adhérer, sinon, vous serez tout ronchon quand on vous forcera à le prendre…

Troisième question des lecteurs :


Question suivante, sur les professionnels de santé de la part de sirius (la célèbre étoile principale de la constellation du grand chien…beau pseudo…) : « Comment expliquer qu’un pourcentage important des professionnels de santé, même dans les hôpitaux, refusent certains vaccins (grippe, ….)? »
Ou, comment expliquer que beaucoup de professionnels de santé remettent en doute les théories médicales du gouvernement relayées par Le Monde (entre autres mainstream), notamment concernant les vaccins…
Réponse de Laurent Henri : « 
Aussi contre-intuitif que cela puisse paraître, il est vrai que le “vaccino-scepticisme” est particulièrement répandu dans le milieu médical. » C’est répandu, mais tellement « contre intuitif » ! Comment l’expliquer ? « Tout simplement parce que pour avoir une opinion affirmée sur les vaccins il faut connaître un minimum la manière dont le corps humain fonctionne et se défend contre les maladies. Certains en arrivent alors à se convaincre que les théories les plus communément admises ne sont pas les bonnes et jugent que les vaccins sont inefficaces voire toxiques. »

D’accord, donc c’est parce qu’ils s’y connaissent qu’ils sont vaccino sceptique ? C’est ça qu’on doit comprendre ???  » Historiquement, l’argumentaire antivax a toujours été porté par des médecins, souvent inscrits dans des démarches dissidentes ou différentes (naturopathie, homéopathie, chiropraxie, médecines holistiques, etc.). » J’en déduis que tous les médecins anti-vax ou vaccino sceptiques auraient d’autres cordes de gourous et autres soins ésotériques à leur arc ? Cela expliquerait (souvent) historiquement leur démarches dissidentes selon Laurent Henri…Ben oui, il y a aussi des cons chez les médecins…Alors vous risquez d’entendre des médecins contre les vaccins…C’est qu’ils sont souvent « altérés » par d’autres idées ou croyances…

Quatrième question des lecteurs : (la cinquième en réalité, j’en ai sauté une qui m’intéressait moins)


Encore quelques petites questions, mais je n’aurai pas le temps de les faire toutes…Et puis, ça tourne en rond au bout d’un moment…Question de  Paul : « Quelles solutions émergent de la compréhension des mouvements antivax pour augmenter l’adhésion à la vaccination ? »

On allait pas la rater celle-là, quand même ! Laurent Henri, donne nous des solutions pour convaincre les petits lecteurs du Monde qui ne savent pas se faire leur propre opinion tout seul ! 

« Informer, dire la vérité, s’adresser aux citoyens comme à des adultes… »

Voilà ce que nous-en dit notre cher universitaire…Mais il subsiste un questionnement de ma part…S’adresser aux citoyens comme à des adultes, ça se fait avant ou après leur avoir matraqué d’ opinions toutes faites, orientées et prémâchés à leur attention, pour faire leur éducation comme à des enfants…? Je ne voudrais pas paraître subversif à l’endroit d’un gouvernement qui ne veut que notre bien et d’un journal national qui relaie de manière tout à fait objective et sans lien d’intérêt ses informations à l’adresse de la population…Mais tout de même…Ne serait-il pas opportun de proposer à ces citoyens adultes, des opinions différentes, notamment au sujet des vaccins, du Covid, ou autre…Afin qu’ils aient l’occasion de se faire leur propre idée grâce à la presse, plutôt que la presse veuille à tout prix les convaincre de l’adhésion à telles ou telles idées, théories, obligations présentées comme légitimes…? C’est une question que je m’excuse de suite d’avoir posé...

On terminera avec la fin de la réponse de Laurent Henri à cette question de Paul : »Un gros travail est fait dans les cabinets médicaux (médecins de famille et pédiatres), travail grâce auquel le respect de la loi de 2018 sur les 11 vaccins de l’enfance semble avéré. Parce que l’Etat a affirmé au travers de cette loi qu’il croyait en l’efficacité et en la faible dangerosité de ces vaccins. Un discours public sans ambiguïté est indispensable pour que les citoyens puissent se forger un avis éclairé. Les journalistes et les enseignants ont eux aussi un rôle à jouer. « 

Médecins, enseignants et journalistes, tous ensemble pour propager la bonne parole ! 

Aller, je vous laisse bande de petits complotistes !
 Je continuerais peut-être avec d’autres questions plus loin dans cet article du Monde. Dans tous les cas, ces petites analyses de la presse m’auront fait inaugurer une nouvelle catégorie du petitcollaborateur.fr  …La catégorie « On se fout du Monde ! »- sur l’analyse des articles de journaux les plus remarquables. (il n’y aura pas que des articles du Monde, mais il est vrai que pour débuter ce travail, Le Monde m’aura bien inspiré…)

3 commentaires sur “D’où vient la méfiance des français envers les vaccins ? Le Monde nous explique enfin !

    1. Si….Je crois que la Fondation Bill et Melinda Gates s’en occupe, de la vaccination dans les pays pauvres…A mon avis, certains testent les vaccins Covid en ce moment même…Formidable ! Je ne saurai dire ce qu’ils pensent de tout ça, je ne sais même pas dire ce que mon voisin pense de tout ça…L’important devrait être de se faire sa propre idée sur le sujet et de se vacciner, si on le souhaite, en laissant les petits bras des autres libre de toute injection non-consentie…

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s