Clochard

Je parcourais les ruelles

les bras gonflés au Subutex

je suis un homme comme tout le monde

mais ça se voit moins que les autres

heureusement que j’ai des godasses pour cacher le peu de pieds qui me reste

dans mes chaussettes y’a plus de place les champis sont majoritaires

majoritaires

Je vire du rouge au blanc sur ma peau comme quand je bois

l’amertume de mon quotidien qui conduit à mon trépas

maintenant je me souviens de ma tendre enfance, l’éducation soit dans la gueule soit dans le cul

j’ai préféré la rue, très jeune je m’y suis réfugié, embaumé dans les vapeurs tant que je tenais la forme

je brulais mes premières heures, sous les ponts ou les gens dorment

Les années ont façonnées un ado en un zombie

qui à force de se défoncé paraissait avoir vieilli

de tant d’années, passées au solel de la rue

de tant d’années, passées au soleil de la rue

En regardant…les regards

en regardant…les regards

Perdus des autres gens

Perdus des autres gens

on voyait passer le temps

On voyait passer le temps qui passe sur nous comme le vent

Qui passe sur nous bien plus souvent que sur ceux qui nous passent devant

On regardait passer le temps qui passe sur nous comme le vent, qui passe sur nous bien plus souvent que sur ceux

qui nous passent devant…

C’est une bonne nuit de sommeil, il faudrait se lever

c’est une belle journée, une belle journée

mais le vent sur la face, n’est pas nécéssaire

faudra faire avec, faudra faire avec

et comme c’est bon de prendre l’air avec ce soleil, qui nous congèle les culs

avec ce soleil qui congèle tous les culs que j’ai vu

Il ne faut pas trop s’en faire pour ne pas effrayer

Tous ces gens qi s’affairent, ne pas les emmerder

il faudrait s’inqiéter de ceux qui pouraient te laisser crever

il faudrait t’inquiéter de ceux qui pourraient te laisser crever

la bouche ouverte…

La statut n’a pas bougée, moi je n’ai pas changé de statut

car c’est quand même dans la rue qu’on voit le mieux les étoiles

le nez gros comme une pastèque, fourrée au produits illicites

que l’on ne trouve que sous les étoiles loin de ceux

que ça irrite

C’est une bonne nuit sommeil, il faudrait se lever

c’est une belle journée, une belle journée

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s